Chine - Xinjiang: Cinq kamikazes ont perpétré l'attentat
Actualisé

Chine - XinjiangCinq kamikazes ont perpétré l'attentat

Ce sont pas moins de cinq kamikazes qui ont agi lors de l'attaque survenue dans la capitale du Xinjiang, jeudi.

Un attentat a fait 39 morts à Urumqi, en Chine, jeudi.

Un attentat a fait 39 morts à Urumqi, en Chine, jeudi.

L'attentat qui a fait 39 morts jeudi sur un marché en plein coeur d'Urumqi, la capitale du Xinjiang dans l'ouest de la Chine, a été commis par cinq kamikazes, rapportent vendredi les médias officiels chinois. Une enquête est en cours pour identifier d'éventuelles complicités.

L'agence officielle de presse Chine nouvelle annonce parallèlement que cette attaque, sans doute la plus meurtrière dans la région, a conduit les autorités à déclencher une «campagne de répression d'un an» contre les «violentes activités terroristes».

«Cette campagne mobilisera pleinement les forces politiques et judiciaires, l'armée et la police armée au Xinjiang», précise Chine nouvelle citant les autorités régionales. Elle sera concentrée sur «les groupes extrémistes terroristes et religieux» avec un accent particulier mis sur les caches d'armes, les ateliers de fabrication d'explosifs et les camps d'entraînement.

Second attentat

«Les terroristes et les extrémistes seront traqués et punis. Le gouvernement empêchera que le terrorisme et l'extrémisme se propagent à d'autres régions», ajoute Chine nouvelle.

L'attentat commis jeudi dans le centre d'Urumqi est le second attentat suicide commis dans la capitale de la province en un peu plus de trois semaines. Chine nouvelle a indiqué vendredi soir que le bilan de l'attentat de la veille était de 39 morts. Les autorités avaient fait état de 31 morts jeudi.

«Cinq suspects qui ont participé au violent attentat terroriste se sont fait exploser», rapporte le «Global Times», un tabloïd géré par le Quotidien du peuple, l'organe officiel du Parti communiste chinois.

Soutien de l'étranger

«A en juger par les nombreuses attaques terroristes qui ont eu lieu et les auteurs concernés, ils ont reçu le soutien de groupes terroristes hors des frontières de la Chine ainsi que de la propagande religieuse extrémiste diffusée via internet», a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hong Lei lors du point de presse quotidien du ministère.

Selon Pan Zhiping, expert de l'Asie centrale retraité de l'Académie des sciences sociales du Xinjiang, l'attentat de jeudi, qui n'a pas été revendiqué, est le plus meurtrier jamais commis dans la province.

Il estime que les activistes armés se sont formés à l'étranger, notamment auprès de groupes comme le Mouvement islamique du Turkestan oriental (MITO), et que certains d'entre eux ont acquis une expérience de combat en Syrie. «Ils sont désormais tout à fait organisés en petites organisations très compartimentées», dit-il. «Et s'il n'est pas possible de réprimer des petites organisations, ce genre de choses va se poursuivre.» (ats)

Ton opinion