Corans brûlés à Kaboul: Cinq morts et des blessés dans des manifs
Actualisé

Corans brûlés à KaboulCinq morts et des blessés dans des manifs

Au moins cinq personnes sont décédées et onze autres ont été blessés par balle mercredi à Kaboul lors de protestations contre les militaires américains accusés d'avoir brûlé des Corans.

Au moins cinq manifestants sont morts et une trentaine ont été blessés par balle mercredi dans les émeutes antiaméricaines en Afghanistan après que des exemplaires du Coran eurent été brûlés la veille dans une base militaire américaine, ont indiqué les autorités locales et médicales.

Outre une victime à Jalalabad (est), un manifestant a perdu la vie à Kaboul, a-t-on appris auprès du ministère de la Santé. Trois autres ont été tués dans la province de Parwan, au nord de Kaboul, selon un porte-parole des autorités locales.

«Des tirs sont partis des deux côtés, chez la police comme chez les manifestants. Nous enquêtons là-dessus», a déclaré Ahmad Zia Abdulzaï, un porte-parole de la province de Nangarhar, où se trouve Jalalabad.

Canons à eau

A Kaboul, la police afghane, qui nie avoir tiré sur la foule, a utilisé des canons à eau pour disperser les protestataires, a constaté un photographe de l'AFP à proximité de Camp Phoenix, une base militaire de l'Otan autour de laquelle s'étaient rassemblées environ 500 personnes.

Après avoir réussi à faire fuir des policiers anti-émeute, les manifestants se sont heurtés à des renforts. Passablement courroucés, ils ont ensuite brûlé des voitures et détruit des magasins alors qu'il se dirigeaient vers le centre de Kaboul, dont ils se sont vu interdire l'accès par des soldats afghans.

Une deuxième manifestation, provoquée par des étudiants, s'est radicalisée dans l'ouest de Kaboul, des manifestants essayant de forcer l'entrée du Parlement, que la police a repoussé, a constaté un journaliste de l'AFP.

Quelque 800 personnes ont aussi défilé dans la province de Logar, au sud de Kaboul. Les manifestants parlent d'un mort et trois blessés dans leurs rangs. «Des coups de feu ont été tirés de la foule. La police a riposté», a raconté un journaliste de l'AFP.

Corans brûlés

Dans la nuit de lundi à mardi, des exemplaires du Coran ont été brûlés dans la plus grande base américaine en Afghanistan, à Bagram, à 60 km au nord de Kaboul, selon les autorités afghanes et des employés afghans.

Le commandement de l'Isaf, la force de l'Otan en Afghanistan, ainsi que le secrétaire d'Etat américain à la Défense, Leon Panetta, se sont excusés.

Les profanations du livre saint de l'islam, ou des actes considérés comme blasphématoires par les musulmans, commis par des soldats étrangers surviennent périodiquement en Afghanistan, peuvent déclencher des manifestations très violentes.

(ats/afp)

Ton opinion