25.10.2020 à 23:26

Amérique latineCinq personnes tuées dans le nord de la Colombie

Quatre paysans et l’avocat qui les défendait ont été tués par des hommes armés samedi soir. De son côté, le parti Farc a déploré le meurtre samedi de deux ex-guérilleros.

Image d’illustration.

Image d’illustration.

AFP

Au moins cinq personnes ont été tuées par des hommes armés dans le nord de la Colombie ce week-end, ont annoncé dimanche les autorités, tandis que le parti de l’ex-guérilla des Farc a dénoncé l'«assassinat» de deux de ses anciens combattants.

La tuerie à la suite de laquelle les corps sans vie de quatre paysans et d’un avocat qui les défendait ont été découverts s’est produite samedi soir dans la localité de San Marcos, a dit à l’AFP le service de presse de l’armée dans le département de Sucre. Dans cette région, c’est principalement le groupe de trafiquants de drogue Clan del Golfo qui est actif, selon la même source.

De son côté, le parti Farc a déploré sur Twitter le meurtre samedi de deux ex-guérilleros, portant à 236 le nombre total de ceux qui ont été «assassinés» après avoir déposé les armes depuis la signature des accords de paix entre les Farc et le gouvernement en 2016. Ces deux personnes ont respectivement été tuées dans les départements de Cauca (Sud-Ouest) et de Caqueta (Sud).

«Feu croisé»

Pour le parti Farc, ces anciens guérilleros sont victimes d’un «feu croisé» entre les forces de l’ordre, les trafiquants de drogue, des dissidents des Farc et l’Armée de libération nationale (ELN), considérée comme la dernière rébellion active.

Dans un récent rapport, la mission de l’ONU en Colombie a alerté sur «la violence incessante contre d’ex-combattants» des Farc. Quelque 13’000 hommes et femmes ont renoncé à la lutte armée suite à l’accord de paix, qui prévoit des peines alternatives à la prison pour les rebelles coupables de crimes, à condition qu’ils disent la vérité, dédommagent les victimes et s’engagent à ne plus recourir à la violence.

Un chef de la guérilla tué dans une opération de l’armée

Le commandant Uriel, l’un des principaux chefs de guérilla de l’Armée de libération nationale (ELN), a été tué lors d’une opération militaire dans le nord-ouest de la Colombie, a annoncé dimanche le président Ivan Duque. «C’est un coup particulièrement important (porté à l’ELN) car l’une des figures les plus visibles de cette organisation terroriste est tombée», a déclaré le président dans un discours tenu dans le département du Choco, dans le nord-ouest du pays, où l’opération a eu lieu.

(AFP/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!