Actualisé 12.10.2016 à 05:37

«L'Odyssée»

Cinquante ans de la vie du Commandant Cousteau

Sans Jacques-Yves Cousteau, «Océans», «La planète bleue» ou encore «Atlantis» (de Luc Besson) n'auraient pas vu le jour.

de
Catherine Magnin

Question pour un champion: je suis né en 1910 et décédé en 1997. Officier de la Marine nationale française, j'ai inventé le détendeur qui a permis l'avènement du scaphandre de plongée autonome. Mon film «Le monde du silence» a remporté la Palme d'or du Festival de Cannes et l'Oscar du meilleur film documentaire en 1956. J'ai été élu à l'Académie française en 1988. Je suis, je suis...

Oui, il s'agit bien de Jacques-Yves Cousteau. Auquel, étonnamment, aucun film n'avait encore été consacré. C'est tout juste si Wes Anderson lui avait rendu hommage en collant le fameux bonnet rouge sur la tête de Bill Murray dans «La vie aquatique», en 2003.

Jérôme Salle corrige le tir avec «L'Odyssée», biopic généreux et bien balancé. Fort d'un budget confortable (30 millions d'euros), le réalisateur de «Largo Winch» a tourné des images sous-marines splendides, dignes des ambitions de l'illustre explorateur. Il a surtout réussi un portrait de Cousteau (Lambert Wilson) qui navigue à bonne distance de l'hagiographie comme de la critique. Le scénario souligne l'enthousiasme du personnage, sans gommer son côté cassant et son incapacité à ­gérer les finances.

«L'Odyssée», c'est aussi une histoire de famille sur les relations conflictuelles entre le Commandant et son fils Philippe (Pierre Niney). Une histoire qui rend justice à Simone Cousteau (Audrey Tautou), la propriétaire et véritable capitaine de la Calypso, le bateau à bord duquel Cousteau sillonna les océans.

«L'Odyssée»

De Jérôme Salle. Avec Lambert Wilson, Pierre Niney, Audrey Tautou.

Sortie le 12 octobre 2016

***

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!