Actualisé 15.02.2009 à 21:36

Redevances radio et télévision«Cinquante-cinq millions pour Billag, c'est du luxe»

Monsieur Prix demande de supprimer l'encaissement de la redevance
radio-TV par Billag.

«Il n'y a aujourd'hui plus de raison qu'une société s'occupe de l'encaissement de la redevance radio-TV», déclare Stefan Meierhans, alias Monsieur Prix, dans une interview de la SonntagsZeitung. «Les 55 millions que la société Billag reçoit chaque année pour ses prestations sont un luxe. Ils pourraient servir à diminuer le montant de la redevance.»

Pour remplacer le système existant, le préposé à la surveillance des prix propose une taxe par habitant, qui serait perçue avec l'impôt fédéral direct. Il s'agirait toutefois de prévoir un dispositif qui allège la charge financière des familles.

Stefan Meierhans rejette par contre l'idée de financer la SSR (qui regroupe toutes les TV et radios publiques du pays) directement par la caisse fédérale. Cela nuirait à l'indépendance journalistique, car le budget des entreprises publiques de radio et de télévision serait alors directement discuté aux Chambres fédérales, note encore Monsieur Prix.

Jonny Kopp, porte-parole de Billag déclare: «Nous sommes une société qui offre une prestation de service avec un contrat qui court jusqu'à fin 2014. Billag a déjà réussi deux fois à se faire attribuer le mandat d'encaisser la redevance radio-TV face à d'autres concurrents.» Billag est une société fille de Swisscom. Elle est basée à Fribourg et emploie 300 personnes. De leur côté, les associations de défense des consommateurs applaudissent.

Daniel Steiner, porte-parole de SRG SSR idée suisse, qui reçoit la majorité de la redevance, ne se prononce pas sur la manière d'encaisser la taxe. «Il est par contre très important que des moyens soient mis à disposition pour les programmes», ajoute-t-il.

«Un changement de système d'encaissement est pensable», déclare enfin Daniel Bach, porte-parole de Moritz Leuenberger qui a en charge le dossier.

Jean-Bernard Mani/ats

Une initiative se prépare

Plus de 29 000 personnes se sont déjà regroupées sur le site Facebook pour supprimer Billag. Une initiative populaire en préparation devrait être lancée ce printemps. Elle aussi demande que Billag, qui encaisse chaque année près de 1,3 milliard de francs de redevance, disparaisse au profit d’un autre système avec encaissement par l’impôt fédéral direct et un maximum de 100 fr. de taxe par année.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!