Mozambique: Cinquante-cinq morts dans une épidémie de choléra
Publié

MozambiqueCinquante-cinq morts dans une épidémie de choléra

De nombreux déplacés fuyant les violences djihadistes doivent désormais faire face à un nouvel ennemi, le choléra.

La situation sanitaire est difficile au Mozambique.

La situation sanitaire est difficile au Mozambique.

AFP

Une épidémie de choléra a tué 55 personnes, dans le nord du Mozambique, depuis le début de l’année, notamment parmi les déplacés qui avaient fui les violences djihadistes, a annoncé mercredi, l’Unicef. Près de 5000 cas de choléra ont été enregistrés parmi les centaines de milliers de déplacés contraints d’abandonner leurs foyers et de trouver refuge chez des proches ou dans des camps d’accueil.

«La situation n’est pas bonne. Le ravitaillement en eau et les installations sanitaires sont insuffisantes et ont besoin d’une montée en puissance immédiate», a expliqué à l’AFP, Daniel Timme, un porte-parole de l’Unicef au Mozambique.

«C’est notre priorité absolue: ceux qui ont survécu aux violences courent maintenant le risque d’être atteints par des infections liées au mauvais traitement des eaux usées», a-t-il ajouté, en soulignant que la population locale était également affectée.

Insurrection djihadiste

Quelque 670’000 personnes ont fui le nord du Mozambique, en proie à une insurrection djihadiste depuis plus de trois ans.

Des groupes armés, connus sous le nom d’al-shabab («les jeunes» en arabe), sèment la terreur dans la province musulmane pauvre mais stratégique du Cabo Delgado, riche en gaz naturel. Ils décapitent des villageois, enlèvent des jeunes femmes, attaquent aussi casernes et postes de police pour se fournir en armes et munitions. Ils ont fait allégeance en 2019 aux djihadistes de l’État islamique.

(AFP)

Ton opinion