Genève: «Citoyenneté locale pour tous»
Actualisé

Genève«Citoyenneté locale pour tous»

La coordination ViVRe,«Vivre, Voter, Représenter», demande d'intégrer le droit de vote et d'éligibilité des étrangers aux niveaux communal et cantonal.

par
Winnie Covo
La coordination ViVRe,«Vivre, Voter, Représenter», demande d'intégrer le droit de vote et d'éligibilité des étrangers aux niveaux communal et cantonal.

La coordination ViVRe,«Vivre, Voter, Représenter», demande d'intégrer le droit de vote et d'éligibilité des étrangers aux niveaux communal et cantonal.

«Participer politiquement à la vie genevoise est le meilleur moyen d'intégration», lance Pilar Ayuso du Centre de contact Suisse-immigrés. En compagnie de représentants d'associations, elle est venu soutenir une proposition collective adressée à l'Assemblée constituante genevoise.

La résolution demande d'intégrer les trois principes suivants à la future Constitution: «Genève reconnaît le caractère multiculturel de sa population», «Genève reconnaît les apports des migrants et migrantes à son identité et à sa richesse culturelle, sociale et économique» et enfin, «les étrangers et étrangères ont le droit de vote et d'éligibilité aux niveaux communal et cantonal après un délai de résidence légale en Suisse égal pour toutes et tous de 5 ans».

«Cette pétition a pour but de faire porter la voix de la société civile, en particulier celles des étrangers qui résident dans le canton de Genève, soit 40% de la population», souligne Dario Ciprut de la coordination contre l'exclusion et la xénophobie.

Pour ce qui est du droit de vote et d'éligibilité communale les constituants s'entendent à le reconnaître, mais pas question pour l'instant de faire de même au niveau cantonal. «Je suis surpris car cette proposition a déjà été déposée l'an dernier et traitée. Nous n'y avions alors pas donné suite» souligne le constituant radical Murat Alder, Vice-président de la commission des droits politiques. «C'est une proposition qui va trop loin. Il serait plus réaliste de faire en sorte de lier l'obtention des droits politiques à un permis C ou alors que les étrangers en question fassent une demande de naturalisation.»

Pour l'heure le canton de Genève accorde le droit de vote aux étrangères et étrangers au niveau communal, si ceux-ci résident en Suisse depuis 8 ans au moins.

Ton opinion