Lausanne : Citycable n'a rien prévu pour récupérer ses box TV
Actualisé

Lausanne Citycable n'a rien prévu pour récupérer ses box TV

Les Services industriels ne proposent pas à leurs clients de rendre leurs anciens boîtiers numériques pour les recycler.

par
Frédéric Nejad Toulami
Le boîtier à remplacer ne peut pas être ramené nimporte où.

Le boîtier à remplacer ne peut pas être ramené nimporte où.

«C'est en effet dommage, mais il ne s'agit que d'un petit couac au sein de l'administration.» Très embarrassée, jeudi passé, la présidente des Verts lausannois, Léonore Porchet, a préféré d'abord appeler son camarade de parti Jean-Yves Pidoux, à la tête des Services industriels (SI) lausannois, avant de continuer à répondre. Car le «couac» s'est produit à plusieurs échelons au sein d'un dicastère en mains écologistes, dans une ville qui se targue régulièrement de son respect de l'environnement.

Tout débute à la fin du printemps, quand Citycable – fournisseur d'accès à internet créé par les SI – envoie un courrier aux quelque 2000 abonnés lausannois pour la TV numérique. La missive se veut réjouissante: ils vont pouvoir bénéficier d'un nouveau boîtier plus performant dès le mois d'août. Sauf que rien n'y incite à rapporter les anciennes box (qui seront désactivées fin 2015). Ni où ni comment les faire recycler. Quant à ceux qui vont directement à la boutique Citycable, au centre-ville, pour chercher le nouveau sésame électronique, rien ne leur est demandé. Pire: si on propose de rapporter l'ancien boîtier, les employés répondent que ce n'est pas nécessaire.

«Il est clair que cet équipement électronique doit être recyclé. Il aurait en effet été plus simple et logique de ramener l'ancienne box pour obtenir la nouvelle, concède Jean-Yves Pidoux. C'est un oubli malheureux et nous allons désormais mieux informer nos collaborateurs à ce sujet.»

"Récupérer et recycler devrait devenir un réflexe!"

Député Vert au Grand Conseil vaudois, le juriste de Morges Raphaël Mahaim est clair: "Celui qui est à l'origine de la distribution ou de la vente de tels boîtiers doit aussi s'occuper de leur récupération et de leur recyclage. Une telle démarche devrait devenir un réflexe!" Ne regrette-t-il pas d'autant plus que l'absence d'une telle procédure relève d'une administration communale où le responsable politique est écologiste? "Bien sûr que oui, admet-il, mais le responsable politique ne peut pas être présent à tous les échelons des décisions d'un service administratif. Et si ce type d'épisode, que vous avez relevé à juste titre, permet d'enfoncer le clou dans l'esprit des gens afin qu'ils songent à recycler, tant mieux."

Ton opinion