Actualisé 05.11.2018 à 16:19

TennisClap de fin pour l'arbitre du «Mirkagate»

Le Français Cédric Mourier a dirigé dimanche à Paris-Bercy le dernier match de sa carrière. Il sera désormais superviseur.

de
jsa
Cédric Mourier en pleine discussion avec Roger Federer, sous le regard de Stan Wawrinka, en demi-finale du Masters de Londres 2014.

Cédric Mourier en pleine discussion avec Roger Federer, sous le regard de Stan Wawrinka, en demi-finale du Masters de Londres 2014.

Keystone

C'est une figure bien connue des courts de tennis qui tire sa révérence. A l'occasion de la finale du Masters 1000 de Paris-Bercy, remportée par le Russe Karen Khachanov, Cédric Mourier a procédé au dernier «toss» de sa carrière d'arbitre. Une ultime rencontre dirigée depuis une chaise qui lui a d'ailleurs valu son saladier dimanche à l'heure de la cérémonie protocolaire.

A l'instar de son compatriote Pascal Maria, retraité depuis fin 2017, le Français quitte les courts après plus de vingt années de carrière. Il évoluera désormais en coulisses, comme juge-arbitre et superviseur. «C'est un nouveau challenge, un choix», a-t-il expliqué à un confrère du Progrès la semaine dernière dans la capitale française. «J'ai fait deux fois de tour de la planète, j'ai dû passer l'équivalent de plusieurs mois dans les avions, j'ai dû vivre aussi plusieurs mois minimum aux États-Unis, en Allemagne, en Asie», a-t-il poursuivi, sûrement désireux de se poser un peu, à l'âge de 48 ans.

Pour les Romands, Cédric Mourier restera pour toujours l'arbitre de cette fameuse demi-finale au Masters de Londres 2014, entre Roger Federer et Stan Wawrinka. A la fin de la troisième manche décisive, le Vaudois s'était ouvertement adressé à la femme du Bâlois, Mirka, coupable selon le triple vainqueur en Grand Chelem d'avoir été trop bruyante. Le natif de Roanne avait d'ailleurs confié à 20 minutes à l'époque avoir «tenté au mieux d'étouffer cette histoire». Assurément pas le meilleur souvenir de sa belle carrière.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!