Mondial 2010: Clash et débandade chez les Bleus

Actualisé

Mondial 2010Clash et débandade chez les Bleus

C'est décidément le chaos au sein de l'équipe de France. Ses joueurs refusent de s'entraîner, un de ses dirigeants a jeté l'éponge et Evra s'en prend au préparateur.

Bleus au bord de la crise de nerfs. Au lendemain de l'exclusion de Nicolas Anelka pour avoir insulté son sélectionneur, un incident a éclaté dimanche après-midi à l'entraînement entre le capitaine Patrice Evra et le préparateur physique Robert Duverne, provoquant le départ des joueurs. Peu après, le directeur délégué de l'équipe de France Jean-Louis Valentin présentait sa démission, disant avoir «honte» et être «écoeuré».

L'incident a éclaté alors que les Bleus entamaient leur entraînement en public près de leur hôtel à Knysna. Robert Duverne est alors arrivé en trombe auprès du sélectionneur Raymond Domenech qui parlait avec Evra. Après une discussion animée avec le joueur de Manchester United, Duverne est reparti en jetant à terre son accréditation. Les joueurs ont alors décidé de quitter le terrain d'entraînement en direction de leur bus.

Ulcéré, M. Valentin a dénoncé un «scandale» et fustigé les joueurs. «Ils ne veulent pas s'entraîner. C'est inacceptable». Et d'ajouter: «En ce qui me concerne, c'est fini, je quitte la fédération».

Dans la matinée, Raymond Domenech était revenu sur l'incident de jeudi soir avec Nicolas Anelka, reconnaissant que ce dernier n'avait pas réagi de la manière «la plus adaptée» à la mi-temps du match France-Mexique. Le sélectionneur a néanmoins jugé dimanche sur TF1 que ce «fait de vie interne» n'aurait pas dû être rendu public. Il a toutefois reconnu que la décision de l'exclure des Bleus était «la bonne», l'attaquant de Chelsea ayant refusé de s'excuser publiquement pour les insultes qu'il aurait proférées.

Selon L'Equipe, une violente altercation s'est produite entre Domenech et Anelka à la mi-temps du match jeudi contre le Mexique lors du Mondial sud-africain. Le journal sportif affirme que le joueur de Chelsea a proféré de graves insultes à l'endroit du sélectionneur, qui lui demandait de respecter ses consignes tactiques. Devant le refus du joueur de se livrer à des excuses publiques, le président de la FFF Jean-Pierre Escalettes a décidé samedi de l'exclure du groupe.

«A un moment, quand l'entraîneur, le sélectionneur (...) dit quelque chose à un joueur qui est déjà sous pression, qui peut s'énerver, qui peut avoir un moment d'énervement, qui a des mots (...), (Anelka) réagit d'une manière qui n'est pas peut-être la plus adaptée mais qui est en fonction de son caractère», a expliqué Domenech dans l'émission «Téléfoot».

Pour lui, «ce n'est pas un affrontement. C'est un mec qui est assis, qui est dans son coin, qui marmonne et qui dit des trucs comme ça. Ca n'a pas d'importance. L'importance, elle est venue parce que c'est venu à la 'une' d'un journal. Avant c'était de la vie interne».

Toutefois, «la seule chose que je peux lui reprocher (...), c'est qu'après, le lendemain, je lui ai laissé la possibilité de venir s'exprimer et de s'excuser. C'est ce qu'il n'a pas voulu faire et c'est pour ça que je suis allé dans (ce) sens après, dans la mesure où ça sort. Ca ne devient plus un problème personnel (entre) l'entraîneur et le joueur, ça devient un problème de fédération avec l'image de l'équipe de France. Et là-dessus, quelque part, je dis que la décision de la fédération est la bonne décision».

Lors d'une émission «Téléfoot» aux allures de séance de psychothérapie, Franck Ribéry est également intervenu pour confier son désarroi. «On est en train de souffrir», a confié le joueur du Bayern de Munich. «Depuis l'Euro 2008, je suis en train de souffrir. On vient en équipe de France pour ne connaître que des problèmes, que ce soit dans le groupe, que ce soit à l'extérieur».

Il a par ailleurs fermement démenti les allégations selon lesquelles il se serait battu avec le meneur Yoann Gourcuff. «Je n'ai aucun problème avec Yoann. Au contraire, j'ai été le premier à lui parler parce que Yoann est important pour l'équipe de France, on a besoin de lui».

Ribéry, qui a démenti être venu demander à Domenech un autre positionnement ou d'influer sur le choix des joueurs, a demandé «pardon à tout le pays» pour la médiocre prestation des Bleus. «On n'a pas été bons, on n'a pas mouillé le maillot comme on aurait dû le faire. On n'a pas su gagner», a-t-il confié. «Je demande pardon à tout le pays, surtout à tous les Français, de ne pas avoir fait une Coupe du monde comme ils le souhaitaient». (ap)

Unis pour Anelka; taupe démasquée?

Au lendemain de l'exclusion de Nicolas Anelka, le calme n'est pas revenu chez les Bleus: le capitaine Patrice Evra et le préparateur physique, Robert Duverne, ont eu dimanche une explication houleuse. Et les joueurs français ont refusé de s'entraîner.

Après l'accrochage, les joueurs se sont en effet concertés et ont quitté le terrain, ce qui a provoqué la colère de Jean-Louis Valentin, directeur général délégué de la Fédération française de football (FFF). Sorti furieux de la pelouse, ce dernier a annoncé sa démission.

A leur arrivée sur le terrain pour un entraînement ouvert au public au camp de l'équipe de France à Knysna, les joueurs sont allés saluer les spectateurs, à l'exception de Patrice Evra, resté au centre du terrain pour discuter avec Raymond Domenech.

Après avoir mis en place des plots pour la séance, Robert Duverne a rejoint les deux hommes et le ton est monté entre ce dernier, très véhément, et Patrice Evra. Raymond Domenech est intervenu pour éviter que la situation ne dégénère et Duverne a quitté la pelouse en jetant son chronomètre par terre.

Les joueurs ont alors parlé entre eux et sont retournés vers leur bus, signifiant leur refus de s'entraîner pour exprimer leur rejet de l'exclusion de Nicolas Anelka. Jean-Louis Valentin, cadre de la FFF auprès de l'équipe de France, est alors entré dans une colère noire. «Ce qui se passe cet après-midi, c'est un scandale. C'est un scandale pour la France, pour les Francais, pour tous les jeunes qui sont venus cet après-midi», a-t-il lancé en hurlant devant la presse alors qu'il quittait la pelouse.

«Ils ne veulent pas s'entraîner», a-t-il ajouté. Interrogé sur les motivations des joueurs, il a rétorqué: «Vous leur demanderez.»

Puis il a ajouté, visiblement ému et au bord des larmes: «Je suis écoeuré et dégouté, je quitte la Fédération, je quitte mes fonctions, je rentre à Paris, je n'ai plus rien à faire ici.» A un journaliste qui lui demandait s'il était la «taupe» à l'origine de la publication dans la presse des propos qui ont valu une exclusion du groupe à Nicolas Anelka, il a répondu: «Pas du tout. Pas du tout.»

Ton opinion