Vaud: Clash territorial entre des pêcheurs et des baigneurs

Publié

VaudClash territorial entre des pêcheurs et des baigneurs

La cohabitation a été difficile en plusieurs lieux du bord du Léman, cet été. La police a été appelée pour calmer un conflit.

par
Yannick Weber
A Vevey (VD), le jardin Doret a été le théâtre de scènes où le ton est monté.

A Vevey (VD), le jardin Doret a été le théâtre de scènes où le ton est monté.

Ville de Vevey

La scène s'est répétée à plusieurs reprises sur des plages à Vevey, à Rivaz et à Nyon, cet été. Dans l'eau, des baigneurs qui profitent du beau temps; sur les rives, des pêcheurs qui convoitent le poisson, leur fil se disputant le territoire avec les nageurs, entre regards défiants. Au point que, parfois, le ton est monté.

Il est monté également sur Facebook, où plusieurs nageurs ont exprimé leur colère après des confrontations à Vevey. «Quand on essaie d'expliquer aux pêcheurs qu'ils sont dans des lieux de baignade, on se fait insulter avec comme seul argument qu'ils ont leur permis», se plaint une Veveysanne au jardin Doret. «Ça ne va pas se finir dans la bonne humeur», avertit un autre, au même endroit.

Il y a deux semaines, la police a même dû intervenir, toujours au jardin Doret, pour faire partir «deux pêcheurs avinés qui insultaient les baigneurs et qui avaient un comportement agressif», commente Police Riviera.

Personne n'est prioritaire

«D'ailleurs, qu'en dit la loi?», se demande la baigneuse, très remontée. «En ce qui concerne la pêche libre, chacun peut se placer où il veut, avec ou sans permis, à condition de n'utiliser qu'une seule ligne flottante, un seul flotteur fixe, et un seul hameçon. La pêche au lancer, en revanche, est bien interdite sur les quais publics, débarcadères et ports du Léman», indique la Direction générale de l'environnement.

En clair, dans la zone veveysanne où se sont cristallisées les tensions, personne n'est prioritaire, et une cohabitation pacifique est requise, même lorsque des pêcheurs lancent leur fil à quelques brasses des nageurs. Jusqu'à ce que l'automne éloigne les baigneurs et ne laissent le territoire libre aux pêcheurs.

Ton opinion