Politique: Claude-Alain Voiblet exclu de l'UDC Vaud
Actualisé

PolitiqueClaude-Alain Voiblet exclu de l'UDC Vaud

Figure incontournable de l'UDC vaudoise et romande, Claude-Alain Voiblet a été exclu de la section cantonale pour avoir vandalisé des affiches électorales de candidats de son parti.

Claude-Alain Voiblet a été exclu de la section vaudoise de l'UDC.

Claude-Alain Voiblet a été exclu de la section vaudoise de l'UDC.

photo: Keystone/ARCHIVES

Claude-Alain Voiblet a été exclu jeudi soir de la section vaudoise de l'UDC pour avoir vandalisé des affiches de candidats du parti lors de la campagne pour les fédérales. Un nouveau revers pour celui qui a largement contribué à la progression du parti dans le canton.

C'est un coup dur pour Claude-Alain Voiblet, figure incontournable de l'UDC vaudoise et romande. Réunis en séance du comité central, les cadres de l'UDC Vaud ont auditionné le député, président de la section lausannoise et futur ex-vice-président de l'UDC Suisse, sur des accusations de vandalisme envers le parti. Le couperet est tombé tard dans la nuit: c'est l'exclusion, indique la formation.

Egalement entendu, Pierre Oberson, président de l'UDC du district de Lausanne, s'est aussi vu signifier son renvoi. Dans son communiqué, le parti souligne que c'est «avec regret et tristesse que le comité central n«a eu d«autres alternatives que de constater l'impossibilité de poursuivre sa collaboration avec les personnes incriminées».

Consternation

Devant les instances du parti, les deux hommes n'ont visiblement pas convaincu. Les membres du comité central ont en effet été «consternés» par leurs exposés. Et de leur reprocher d'avoir constamment contesté les faits et «fuit leurs responsabilités», alors que des preuves attestaient de leur participation à ces actes illicites.

Pour l'UDC Vaud, c'en était trop. Une telle attitude a d'une part nui à l'image de la section en la couvrant de «ridicule» en pleine campagne électorale et a d'autre part mené à une rupture définitive du lien de confiance, peut-on lire.

Quasi-unanimité

La décision de les exclure de l'UDC Vaud et des sections affiliées n'a d'ailleurs pas divisé les cadres. Et ce, dans les deux cas. Pour Pierre Oberson, elle a été prise par 15 voix contre 1. Pour Claude-Alain Voiblet par 14 voix contre 2.

Pour Claude-Alain Voiblet, c'est un nouveau revers de taille. Il y a quelques jours, le parti annonçait que l'homme perdait la vice-présidence de l'UDC Suisse. En automne, il a échoué à accéder Conseil national.

Son nom est en outre associé à plusieurs crises au sein de la section cantonale, dont il a aussi été le président, à l'image de l'affaire Despot, du nom de l'ancienne présidente de l'UDC Vaud qui avait enregistré des membres du parti à leur insu. Dans son communiqué, le parti déplore d'ailleurs «une nouvelle affaire de personnes en son sein».

Rôle moteur

Reste que l'UDC doit beaucoup à cet homme qui a fortement contribué, en une dizaine d'années, à faire progresser le parti sur sol vaudois. Né en 1963 à Moutier, fils d'agriculteur, il a siégé de 1990 à 2001 au Grand Conseil bernois.

Cet antiséparatiste a brièvement été maire de Reconvilier et a coprésidé l'Assemblée interjurassienne. En 2003, il a quitté le Jura bernois pour le canton de Vaud où il s'est rapidement fait connaître. Contacté par l'ats, Claude-Alain Voiblet n'a pas donné suite. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion