Rapt à Payerne (VD): Claude D., un prédateur sexuel actif sur le Net
Actualisé

Rapt à Payerne (VD)Claude D., un prédateur sexuel actif sur le Net

L'assassin et violeur suisse qui a enlevé et tué Marie, une fille de 19 ans, vantait ses exploits sexuels sur la Toile et repérait ses proies avant d'agir.

par
Abdoulaye Penda Ndiaye

«Teddy a trop pris son pied avec la jeune et jolie Marie le soir du 1er mai. C'était notre première fois.» Teddy, c'est le pseudo de Claude D., sur un réseau social virtuel. Le trentenaire suisse domicilié dans la Broye avait déjà été condamné en 2000 à 20 ans de prison pour avoir enlevé, violé et assassiné son ex-petite amie dans le Pays d'Enhaut (VD), en 1998.

Il a de nouveau sévi dans la soirée de lundi en enlevant Marie, une métisse de 19 ans. Retrouvé mardi vers Romont (FR) par la police, à la suite d'une course-poursuite dont le criminel est miraculeusement sorti indemne, Claude D. n'a pas dit aux enquêteurs ce qui était advenu de la disparue.

Après qu'il a purgé en mai 2011 les deux tiers de sa peine de 20 ans, la libération conditionnelle lui a été refusée en juillet 2012. Depuis lors, il exécutait une phase de régime de fin de peine, sous la forme d'arrêts domiciliaires. La Fondation vaudoise de probation a demandé l'interruption de ces arrêts domiciliaires, mais l'intéressé a recouru en décembre 2012 et a bénéficié d'un effet suspensif. Il a profité de ce répit pour vanter ses prétendus exploits sexuels sur la Toile.

Amoureuse dès le premier soir

Il a notamment donné des détails crus sur sa récente relation intime avec Marie, dont il dit qu'elle était amoureuse de lui «dès le premier soir». Le pervers sexuel dévoile ainsi sur le web qu'il travaillait bénévolement pour Nez Rouge afin de «pouvoir raccompagner de jolies filles jusqu'à chez elles». Lors de l'affaire de 1998, le psy avait pourtant averti que le risque de récidive n'était pas exclu de la part de «cet homme sans remords et d'une froideur glaçante».

La ministre vaudoise de l'Intérieur a admis mardi que l'histoire lui faisait penser à l'affaire Lucie: en 2009, un Suisse condamné pour tentative d'homicide et bénéficiant d'une liberté conditionnelle avait tué à coups de couteau Lucie, une jeune de 16 ans.

Ton opinion