Actualisé 24.02.2009 à 18:55

«Gran Torino»

Clint Eastwood gardien d'Hollywood

Cela faisait trois ans que Clint Eastwood n'avait plus joué à l'acteur. Il revient, triomphant, dans un film réalisé par ses soins.

de
Winnie Covo

L'un des derniers garants du grand cinéma classique hollywoodien nous donne une leçon de genre. Il aborde un sujet somme toute banal avec grandeur et parvient par là même à porter à l'écran une histoire mille fois contée, sans pour autant qu'on ait l'impression de deviner à l'avance où il cherche à nous emmener.

Le récit de ce vétéran de la guerre de Corée qui évolue dans un quartier peuplé d'immigrants asiatiques parvient, grâce à la précision de l'acteur-réalisateur, à nous submerger d'émotion tout en nous impressionnant par la force du propos que tant d'autres ont fini par déformer.

S'il ne s'agit pas obligatoirement du dernier rôle d'Eastwood, il paraît malheureusement évident que l'homme va se faire rare. Quelle magnifique manière alors, pour un acteur, que de tirer sa révérence sur un personnage d'un tel gabarit. Alors qu'il n'était plus apparu à l'écran depuis «Million Dollar Baby» en 2005, il revient avec sérénité. On le sent à l'aise, faisant preuve d'une maîtrise absolue.

Dans «Gran Torino», Clint Eastwood dépeint la société américaine non pas pour ce qu'elle est mais pour ce qu'elle est devenue. L'homme a vieilli et le monde n'a eu cesse de se transformer. C'est un peu comme si on le rattrapait en cours de route et qu'on le redécouvrait sous la caméra du cinéaste. Brillant.

«Gran Torino»

De et avec Clint Eastwood, Bee Vang et Ahney Her.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!