Etats-Unis: Clinton ne veut pas sacrifier le Pacifique
Actualisé

Etats-UnisClinton ne veut pas sacrifier le Pacifique

Hillary Clinton a mis en garde mardi contre des restrictions budgétaires risquant de forcer les Etats-Unis à réduire leur présence militaire dans le Pacifique.

Le débat sur la réduction de la dette américaine «jette une ombre sur notre capacité à nous projeter dans des questions de sécurité qui sont dans l'intérêt de l'Amérique», a souligné Mme Clinton devant des officiers au cours d'une intervention à l'Université de la Défense nationale.

«Nous sommes en train d'affirmer notre présence dans le Pacifique. Nous sommes une puissance du Pacifique. Cela signifie que tous les éléments de notre sécurité nationale doivent y être présents», a insisté la chef de la diplomatie américaine au cours d'un échange avec le ministre de la Défense, Leon Panetta.«Et nous ne pouvons pas reculer ou nous retirer soudainement alors que nous somme confrontés à des défis de long terme concernant la manière dont nous allons gérer les implications de la montée en puissance de la Chine», a-t-elle dit.

L'accord obtenu au Congrès américain pour éviter un défaut de paiement du pays aura peu de répercussions à court terme sur l'énorme budget du Pentagone, selon les experts, mais laisse la porte ouverte à des coupes drastiques qui pourraient affecter les priorités de la défense américaine à plus long terme.

2 milliards de mois sur 10 ans

L'accord signé par le président Obama le 2 août prévoit au moins 2.100 milliards de dollars de réduction des dépenses fédérales sur 10 ans, dont une réduction de près de 350 milliards de dollars du budget du Pentagone.

Mais si la commission créée le 2 août dans le cadre de l'accord adopté in extremis au Congrès ne parvient pas à se mettre d'accord, ou si le Congrès n'adopte pas ses propositions, des coupes automatiques dans les dépenses militaires et de santé à hauteur de 1.200 milliards de dollars seront enclenchées. (afp)

Ton opinion