Actualisé 02.04.2013 à 18:37

RomeClope électronique interdite aux mineurs

La vente de cigarettes électroniques n'est désormais plus autorisée aux moins de 18 ans en Italie.

Le ministère italien de la Santé a élevé mardi de 16 à 18 ans l'âge requis pour pouvoir acheter des cigarettes électroniques. Cela notamment parce que la dose jugée acceptable de nicotine absorbée à travers ces dispositifs est dépassée.

L'ordonnance du ministre de la Santé Renato Balduzzi entrera en vigueur le 23 avril et sera valable jusqu'au 31 octobre.

Le ministre avait commandé à l'Institut supérieur de Santé une étude sur les risques liés à la consommation de cigarettes électroniques, en particulier chez les mineurs. Selon cette étude, même pour les produits à basse concentration, la dose acceptable de nicotine, déterminée par l'Agence européenne de sécurité alimentaire, est dépassée y compris dans le cas d'une consommation modérée de cigarettes électroniques.

Suite à ces résultats, le ministre a également commandé une étude complémentaire au Conseil supérieur de la Santé pour savoir si les cigarettes électroniques entraient dans la catégorie de «médicaments par fonction». Cette décision intervient alors que se sont multipliés à travers toute l'Italie les points de vente consacrés exclusivement à ces articles.

Début mars, la ministre française de la Santé Marisol Touraine a annoncé elle aussi avoir «commandé une enquête» au sujet de la cigarette électronique pour en faire une évaluation, alors que les Français essayant d'arrêter de fumer sont des centaines de milliers à l'essayer. En mai 2011, l'Agence française de sécurité sanitaire et des produits de santé (Afssaps) avait recommandé «de ne pas consommer» ces produits.

Des quantités de nicotine qui peuvent «conduire à des effets indésirables graves».

La cigarette électronique s'est développée depuis l'interdiction de fumer dans les lieux publics comme une alternative à la cigarette classique, dont elle reproduit l'apparence. Elle présente à son extrémité une diode simulant la combustion et contient une cartouche dont la solution s'échauffe au contact d'une résistance, la vapeur produite étant inhalée par l'utilisateur.

Des flacons de «e-liquides», composés de propylène glycol ou de glycérol, de divers arômes et éventuellement de nicotine, permettent de recharger la cartouche usagée. Selon l'Afssaps, les cigarettes électroniques contiennent des quantités de nicotine plus ou moins importantes, qui, même à des concentrations faibles, peuvent «conduire à des effets indésirables graves». (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!