Climat - CO2: le Canada fixe la barre encore plus haut
Publié

ClimatCO2: le Canada fixe la barre encore plus haut

Quatrième producteur mondial de pétrole, le Canada vise une réduction de 40 à 45% de ses émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 alors qu’il prévoyait une baisse de 30%.

Le premier ministre canadien Justin Trudeau a des ambitions plus grandes que prévu pour lutter contre le réchauffement climatique.

Le premier ministre canadien Justin Trudeau a des ambitions plus grandes que prévu pour lutter contre le réchauffement climatique.

AFP

Le Canada va s’engager jeudi à réduire de 40 à 45% ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 par rapport à 2005, au lieu de 30% précédemment, lors du sommet sur le climat organisé par le président américain Joe Biden, affirme mercredi Radio-Canada. Cette «fourchette» de réduction des gaz à effet de serre (GES) sera annoncée jeudi matin par le Premier ministre Justin Trudeau lors du sommet virtuel, indique la chaîne publique en citant des sources gouvernementales.

Lundi, en déposant son budget, le Canada avait déjà révisé à la hausse son objectif de réduction des GES dans le cadre de l’accord de Paris, le fixant à 36% d’ici 2030 par rapport à 2005. Radio-Canada ajoute que l’administration Biden a clairement exprimé à Ottawa qu’un objectif inférieur à 40% serait mal perçu. Ce seuil de 40% serait même une sorte de «ticket d’entrée» fixé par les Etats-Unis pour les pays invités à participer au sommet, selon la chaîne.

L’ancien vice-président américain Al Gore a souhaité de son côté mardi sur Twitter que Justin Trudeau s’engage sur une réduction «d’au moins 50% d’ici 2030». Selon Radio-Canada, M. Trudeau cherchera lors du sommet à présenter un programme solide pour convaincre ses partenaires internationaux «que même un pays producteur de pétrole peut avoir un plan concret».

Moins 55% en Europe

Le Canada est le quatrième producteur mondial de pétrole. Les grandes puissances invitées, qui représentent ensemble 80% des émissions globales des gaz responsables du réchauffement, se sont mises en ordre de marche pour ce sommet censé démontrer que l’Amérique est de retour dans ce combat après le désengagement ostensible de Donald Trump.

Les Etats-Unis s’étaient engagés à réduire leurs émissions de 26 à 28% d’ici 2025, par rapport à 2005. Les experts s’attendent à ce qu’ils fixent un nouvel objectif d’une réduction de moitié d’ici 2030. Quant à l’Union européenne, elle pourra faire bonne figure après s’être entendue sur une réduction nette d’«au moins 55%» de ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 par rapport au niveau de 1990. Le Royaume-Uni s’est pour sa part engagé à réduire ses émissions de 78% d’ici 2035 par rapport aux niveaux de 1990.

(AFP)

Ton opinion