Actualisé 16.06.2019 à 16:25

GenèveCogneurs nocturnes sous alcool condamnés

Trois jeunes comparaissaient cette semaine pour des violences sur la voie publique. L'un sera placé et soigné, les autres écopent d'un sursis.

von
Léonard Boissonnas
La victime avait été frappée de coups de poing et de pieds sur tout le corps, dont la tête.

La victime avait été frappée de coups de poing et de pieds sur tout le corps, dont la tête.

Keystone/Martin Ruetschi

Ils étaient notamment poursuivis pour l'agression gratuite d'un passant, roué de coups, une nuit de septembre 2017, à la rue du Rhône. Trois hommes, âgés de 21, 18 et 19 ans au moment des faits, ont été reconnus coupables vendredi. Leur faute, commise sous l'influence de l'alcool, est importante, a souligné la présidente du Tribunal correctionnel de Genève, Anne Jung Bourquin, lors de la lecture du verdict.

Des victimes «dont il ignorait tout»

Le prévenu principal, le plus âgé, a été condamné à une peine de 3 ans de prison, suspendue au profit d'un placement dans un centre pour jeunes adultes, ainsi qu'à un traitement ambulatoire. A la rue du Rhône, il a donné des coups de poing et de pied, notamment à la tête du plaignant alors qu'il était au sol. Il a aussi été reconnu coupable de rixe pour avoir frappé une personne de la sécurité d'une discothèque, de brigandage, extorsion et chantage pour avoir dépouillé un couple une nuit, ainsi que menace, injure, lésion corporelle simple et tentative de contrainte pour avoir menacé et frappé une jeune fille de son quartier. Des faits admis par l'accusé, également pénalisé pour consommation de stupéfiant. «Il s'en est pris à des personnes dont il ignorait tout, rien ne justifiait ses agissements», a déclaré la magistrate, qui relève par ailleurs la très bonne collaboration du prévenu avec la justice, ainsi que ses regrets.

«Il a donné le premier coup»

Son coaccusé âgé de 18 ans lors des faits a écopé de 12 mois avec sursis avec un délai d'épreuve de 3 ans pour agression. C'est lui qui a donné le premier coup à la victime, a souligné la présidente. Contrairement à ses déclarations devant le Tribunal, il était bien présent quand ses amis l'ont rejoint et frappé le plaignant. «Il ne leur a pas demandé de cesser et a quitté les lieux sans appeler les secours, faisant preuve de lâcheté», a relevé Anne Jung Bourquin. Sa collaboration a été plutôt bonne, ont estimé les juges. Il a reconnu avoir donné deux coups au plaignant, qui s'enquérait de son état alors qu'il était couché dans la rue, ivre. Il a fait des excuses et fait montre d'une certaine prise de conscience.

Lésions graves à un oeil

Le troisième prévenu a, lui, été acquitté pour l'agression de la rue du Rhône. Il avait déclaré avoir été présent sans avoir frappé la victime. «Il existe un sérieux doute quant à sa participation», a jugé le Tribunal. Par contre, il a été reconnu coupable de lésions corporelles simples et graves pour avoir agressé un passant de nuit, à une autre occasion. La victime souffre d'une réduction du champ de vision de l'oeil gauche et d'apparition de mouches depuis. «Il a frappé un inconnu pendant plusieurs secondes, alors qu'il aurait pu cesser, a dit la présidente. Son comportement dénote une attitude colérique et mal maîtrisée», a-t-elle poursuivi. Le jeune homme a été condamné à une peine de 10 mois avec sursis avec un délai d'épreuve de 3 ans.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!