Pakistan: Coincée depuis 13 ans et sauvée par Bollywood?
Actualisé

PakistanCoincée depuis 13 ans et sauvée par Bollywood?

Une Indienne sourde et muette bloquée au Pakistan voisin depuis une dizaine d'années pourrait enfin rentrer chez elle grâce au succès d'un film qui évoque son histoire.

1 / 8
Sourde et muette, Geeta est coincée depuis 13 ans au Pakistan, incapable de rentrer dans son Inde natale, car incapable d'expliquer d'où elle vient.

Sourde et muette, Geeta est coincée depuis 13 ans au Pakistan, incapable de rentrer dans son Inde natale, car incapable d'expliquer d'où elle vient.

Rizwan Tabassum
Mais la jeune femme a désormais espoir: Delhi a plaidé cette semaine pour son rapatriement après le succès d'un film de Bollywood évoquant son histoire déchirante.

Mais la jeune femme a désormais espoir: Delhi a plaidé cette semaine pour son rapatriement après le succès d'un film de Bollywood évoquant son histoire déchirante.

Rizwan Tabassum
Le film «Bajrangi Bhaijaan», avec les superstars Salman Khan et Kareena Kapoor, a ému cet été le sous-continent indien...

Le film «Bajrangi Bhaijaan», avec les superstars Salman Khan et Kareena Kapoor, a ému cet été le sous-continent indien...

Sourde et muette, Geeta est coincée depuis 13 ans au Pakistan, incapable de rentrer dans son Inde natale, car incapable d'expliquer d'où elle vient. Mais la jeune femme a désormais espoir: Delhi a plaidé cette semaine pour son rapatriement après le succès d'un film de Bollywood évoquant son histoire déchirante. Le film «Bajrangi Bhaijaan» (voir bande annonce ci-dessous), avec les superstars Salman Khan et Kareena Kapoor, a ému cet été le sous-continent indien en racontant, par un jeu de miroir, l'histoire de Geeta, devenue dans la superproduction indienne une jeune Pakistanaise sourde et muette coincée en Inde.

Geeta a du mal à se souvenir

La popularité de cette production de Bollywood, qui caracole en tête des box-office depuis sa sortie à la mi-juillet, a poussé les autorités à Delhi à plaider pour la première fois pour le rapatriement de cette jeune femme qui tente de retracer les fils de son histoire. Agée dans la vingtaine, Geeta vit à Karachi (sud), dans un refuge pour femmes géré par la fondation Edhi, plus importante organisation caritative du Pakistan, après avoir été retrouvée, gamine, sans papier, et totalement désorientée, à Lahore (est) dans un train en provenance de l'Inde.

«A l'époque, les autorités nous ont dit qu'elle allait être maltraitée en prison, et qu'elle allait devoir passer au travers d'interminables procédures administratives», raconte Faisal Edhi, directeur des opérations de la fondation éponyme qui a finalement pris la jeune fille anonyme sous son aile et lui a donné un nom: «Geeta». Mais les circonstances qui ont conduit la jeune indienne au Pakistan rival demeurent floues et d'autant plus nébuleuses qu'elle peine à la fois à se souvenir de sa propre histoire et à communiquer.

Sourde et muette, Geeta s'exprime par des signes improvisés et parvient à écrire quelques mots comme «Telangana», nom d'un Etat du sud de l'Inde, «Peddavura», le nom d'un village, et le nombre 193 qui pourrait correspondre à l'adresse de sa maison familiale. Son cas, resté dans l'ombre pendant des années, avait fait surface en 2012. Interrogée à l'époque par l'AFP, elle affirmait alors avoir quitté son village après une dispute avec ses parents, mais cette semaine elle a plutôt confié avoir perdu sa famille dans un grand festival hindou.

Elle prie les dieux hindous et fait le ramadan

Dans un refuge pour femmes de la vieille ville de Karachi, Geeta garde précieusement des images de divinités hindous, fait brûler de l'encens et sonne les cloches d'un mini-temple. «Elle prie ses dieux au temple et prie également avec ses consoeurs musulmanes, elle fait même le jeûne pendant le mois du ramadan», explique M. Edhi, dont l'organisation n'a jamais réussi à retrouver la trace de la famille de Geeta en Inde, puissance nucléaire rivale du Pakistan.

«En 2013, un diplomate indien est venu ici pour s'enquérir du sort de Geeta, tout en nous prévenant qu'elle risquait de croupir en prison en Inde car elle n'a aucun document de voyage ou d'identification», dit-il. «Nous avons donc préféré la garder ici plutôt que de la plonger dans une autre épreuve».

Mais le succès de la comédie romantique «Bajrangi Bhaijaan» a changé la donné. Mardi, le Haut commissaire indien au Pakistan, T.C.A Raghavan, a rencontré Geeta à Karachi. Peu après, la ministre indienne des Affaires étrangères, Shushma Swaraj, a twitté : «Nous allons ramener Geeta en Inde». La principale intéressée a elle vu le film romancé sur sa vie et éclaté en sanglots lorsque l'héroïne retrouve sa mère au terme de son odyssée dans les limbes. «J'aime ma maison là-bas», exprime Geeta, les yeux scintillants, en faisant un signe de «coeur» avec ses mains.

La bande-annonce de Bajrangi Bhaijaan

(afp)

Ton opinion