Drogue: Coke en stock sur un cargo vénézuélien
Actualisé

DrogueCoke en stock sur un cargo vénézuélien

Un Britannique et deux Kényans arrêtés et interrogés au sujet d'un chargement de coke de plus de 100 kilos sur un cargo à Mombasa.

La drogue était cachée dans des sacs de sucre roux.

La drogue était cachée dans des sacs de sucre roux.

photo: Kein Anbieter/DR/photo d'illustration

La cocaïne trouvée sur le cargo, se monte d'une valeur supérieure à 300 millions de shillings kényans (2,6 millions d'euros), a été saisie dans le port de Mombasa (sud-est), en provenance d'Amérique du Sud.

Les trois hommes - un Britannique et deux Kényans - ont été arrêtés ce week-end dans le cadre de l'enquête sur la saisie de 100 kilos, a affirmé un haut responsable kényan de la lutte contre les stupéfiants. Ils étaient interrogés par des agents américains et kényans de la lutte anti-drogue.

«Ils ont été arrêtés au cours d'une opération d'infiltration», a précisé l'officier, qui n'a pas voulu être nommé car l'enquête est encore en cours. «Ils sont détenus dans Nairobi et assistent les officiers dans leur enquête», a-t-il ajouté.

Longue filature

Les trois hommes ont des liens supposés avec un cartel de la drogue brésilien et ont été suivis par des policiers kényans et internationaux pendant des mois, selon l'officier.

La saisie a été annoncée vendredi par la police kényane, qui a découvert la cocaïne à Mombasa, après avoir été alertée, selon des sources proches du dossier, par Interpol. Les 100 kilos de cocaïne saisis se trouvaient sur un cargo sous pavillon vénézuélien en provenance du Brésil et à destination de l'Ouganda, selon le manifeste de bord.

Chaque conteneur du cargo contenait 520 sacs de sucre roux, selon la police, dans lesquels la cocaïne était dissimulée.

«Point de transit clé»

L'Afrique de l'Est est devenue un «itinéraire-bis» pour les narcotrafiquants. Elle offre une alternative à la traditionnelle Route de l'opium qui emprunte l'Asie Centrale et les Balkans.

Baptisée «Smack Track», cette voie d'acheminement a été révélée une première fois en 2010, quand des policiers ont intercepté au nord de la Tanzanie quatre nationaux et deux Iraniens, transportant 95 kilos d'héroïne.

En 2015, Hamisi Massa, chef de l'unité anti-narcotique du Kenya, avait expliqué que le pays était en passe de devenir une «destination émergente» et un «point de transit clé» du trafic d'héroïne. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion