Actualisé 07.07.2016 à 07:21

Etats-UnisColère après la mort d'un Noir tué par un policier

Nouvelle vague de colère aux Etats-Unis après qu'Alton Sterling, un vendeur ambulant afro-américain, a été tué par un policier blanc. La scène a été filmée par un passant.

de
rac

La vidéo du drame circule sur le web et met le feu aux poudres. On y voit deux agents blancs, membres de la police de Baton Rouge, en Louisiane, ordonner à Alton Sterling de se mettre à terre. Le suspect est ensuite plaqué contre le capot d'une voiture avant d'être maîtrisé au sol. Quelques secondes plus tard, un des officiers s'écrie: «Il a un flingue». L'agent sort alors son arme et on peut entendre deux détonations. Les tirs ont eu lieu à 00h35 mardi (04h35 GMT).

La police locale a expliqué que la victime avait été interpellée car elle était suspectée d'avoir menacé un individu avec une arme. Le suspect aurait en outre tenté de se débattre et était en possession d'une arme. Les officiers impliqués dans l'affaire ont été mis en congé administratif comme le veut la procédure.

Des centaines de manifestants sont descendus par la suite dans les rues de Baton Rouge pour exprimer leur mécontentement. Levant les mains en l'air, ils criaient «Ne tirez pas» et «Black Lives Matter» («Les vies des Noirs comptent»), du nom d'un mouvement qui dénonce les abus policiers contre les Afro-américains aux Etats-Unis.

La mort d'Alton Sterling est un «lynchage légal. La justice doit l'emporter. #Outré», s'est indigné le révérend Jesse Jackson, célèbre militant américain pour les droits civiques.

Famille en deuil

«Il n'a même pas eu une chance», s'est désolée mercredi la tante d'Alton Sterling, Sandra Sterling, sur CNN.

«Si cette personne n'avait pas été là pour filmer cette vidéo sur un téléphone portable, on ne saurait rien aujourd'hui», a-t-elle poursuivi.

Ses proches ont appelé les manifestants à garder le calme.

La mort de plusieurs hommes noirs, tués par la police aux Etats-Unis ces dernières années, a avivé les tensions raciales et suscité de nombreuses manifestations qui ont parfois dégénéré en émeutes.

(rac/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!