Neuchâtel: Collision de trains évitée: c'était une erreur humaine
Actualisé

NeuchâtelCollision de trains évitée: c'était une erreur humaine

Le Service d'enquête suisse sur les accidents l'a confirmé jeudi à «20 minutes»: aucune défaillance technique n'était en cause lundi matin quand deux trains ont dû freiner d'urgence sur la même voie à Couvet.

par
Frédéric Nejad

«Il ne s'agit pas d'une défaillance technique: le conducteur du train CFF aurait dû attendre en gare le croisement avec l'autre convoi des Transports publics neuchâtelois (TransN) avant de repartir.» Enquêteur au sein du Service d'enquête suisse sur les accidents (SESA), Philippe Thürler s'est rendu mardi à Couvet après l'incident de lundi matin, où deux trains, respectivement des CFF et des TransN, se sont retrouvés nez à nez sur la même voie.

Il a contrôlé les installations sur place. «Vu son ancienneté, cette gare est dépourvue d'un équipement de sécurité interne qui aurait empêché le convoi de quitter la fin du quai», nous a précisé l'enquêteur jeudi. Il n'y a ainsi qu'un signal annonciateur de voie libre, avec des flèches allumées dans les deux sens des rails. Mais celui-ci a fonctionné lundi, puis le système de sécurité sur les voies s'est actionné.

Si la direction de TransN et la porte-parole des CFF ont refusé jeudi de communiquer sur l'enquête en cours diligentée par le SESA, ce dernier a joué la transparence. Il va maintenant remettre un rapport à la Confédération ainsi que des recommandations. Comme par exemple installer à terme un système de sécurité dans la gare.

Ton opinion