Actualisé 26.11.2015 à 10:59

Ski nordique

Cologna attaque sa 10e saison le coeur vaillant

Le Grison part en quête d'un nouveau globe de cristal, cet hiver.

Dario Cologna est âgé de 30 ans.

Dario Cologna est âgé de 30 ans.

A l'aube de ses trente ans, et pour sa dixième saison de Coupe du monde, Dario Cologna s'élancera dès vendredi à Kuusamo/Ruka en Finlande à la conquête d'un quatrième globe de cristal. Il mise tout, en cette saison sans Championnat majeur ni JO, sur les courses par étapes - dont le Tour de ski - et le général de la Coupe du monde.

Evidemment, Cologna trouvera à qui parler: le Norvégien Martin Johnsrud Sundby, pas rassasié non plus, visera un troisième globe d'affilée, 19 ans après son compatriote Björn Dählie, dernier fondeur à avoir réalisé cet exploit, en 1997. Petter Northug, qui a réglé son différend avec sa fédération, sera sans doute aussi fidèle au rendez-vous, ainsi que les Russes autour du revenant Alexander Legkov.

Jalons importants

Le triptyque de Ruka du week-end - un «minitour» composé d'un sprint samedi, suivi d'une étape en skating samedi et d'une poursuite le dimanche - permettra de poser des jalons importants puisqu'une victoire au général au terme des trois journées rapportera 200 points, à quoi s'ajouteront les points (50 au maximum) pour chaque étape. Si l'on en croit les résultats des dernières courses de préparation, le week-end passé à Saariselkä (Fin), Cologna et les Russes sont en forme. Le Grison a fini 4e du 10 km libre et 3e du 15 km en classique (circuit FIS), à chaque fois derrière des Russes (Alexander Legkov, Sergeï Turishev et Maxim Vylegzhanin). Les Scandinaves étaient cependant absents. «Nous sommes dans les temps», se réjouit le manager du fond à Swiss-Ski Christian Fleury.

La locomotive du val Müstair et du fond suisse a suivi une préparation sans anicroche, en mettant l'accent sur la qualité et en testant de nouvelles méthodes de préparation en altitude. «C'est l'occasion, cette saison, de voir comment les organismes de nos fondeurs réagissent à ces stages en altitude - avec aussi des séjours en caissons hypoxiques qui stimulent la production de globules rouges - en prévision des JO 2018 à Pyeongchang (CdS)», explique le chef de discipline Hippolyt Kempf.

Un Tour au Canada

La Suisse accueillera pas moins de dix courses de Coupe du monde (hommes et femmes) cette saison, un record. En plus des épreuves de Davos, à mi-décembre, le Tour de ski qui s'élancera le jour de l'An à Lenzerheide occupera une place de choix. L'aîné des Cologna y jouera la gagne, d'autant plus qu'il sort d'une saison légèrement en retrait, en regard de ses standards habituels toujours très élevés. Pour la première fois depuis 2008, il n'a en effet remporté aucune grande course en 2014-15 (2e de la poursuite 30 km aux Mondiaux de Falun, tout de même).

«Pour gagner la Coupe du monde, je devrai être meilleur en sprint», reconnaît l'intéressé. Cette discipline représente le tiers des épreuves au programme, avec 12 courses. L'an dernier, Cologna manquait d'explosivité pour s'y illustrer, en comparaison d'un Northug par exemple, plus complet.

Nouveauté de la saison, un «Tour Canada» fait son apparition, début mars. Huit étapes y seront disputées, avec 400 points pour les gagnants du général. D'une façon générale, Cologna espère pouvoir se profiler aussi comme un véritable chef d'équipe aspirant dans son sillage des hommes comme Jonas Baumann, dont on attend beaucoup, ou Roman Furger. Jovian Hediger défendra les «couleurs romandes», en sprint. Les expérimentés Curdin Perl et Toni Livers repartent aussi pour un tour. (nxp/si)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!