Ski nordique: Cologna dans le brouillard
Actualisé

Ski nordiqueCologna dans le brouillard

Le Grison sera-t-il pleinement opérationnel à Sotchi ? Telle la grande question qui agite la délégation helvétique à moins de deux semaines du début des Jeux.

Avant de se blesser, Cologna avait prévu de disputer cinq des six épreuves au programme des Jeux.

Avant de se blesser, Cologna avait prévu de disputer cinq des six épreuves au programme des Jeux.

Dario Cologna est lancé dans une course contre la montre depuis le 11 novembre, date à laquelle il a été victime d'une déchirure ligamentaire à la cheville droite lors d'un jogging. Opéré quelques jours plus tard, il est remonté sur ses skis le 20 décembre, avant de reprendre la compétition le 10 janvier à l'occasion d'une Coupe continentale à Chamonix (Fr). Il y avait fait plutôt bonne figure, tout comme d'ailleurs aux récents championnats de Suisse à Leysin, où il a décroché deux titres.

En raison de la relative faiblesse de l'opposition, il est toutefois impossible de savoir où se situe exactement Cologna. L'étape de Coupe du monde de ce week-end à Dobbiaco (It), où il a prévu de s'aligner, devrait permettre d'y voir plus clair. Et encore ce n'est pas certain, étant donné que le Grison et les autres ténors ne vont chercher qu'à se tester en Italie, sans se «griller» à quelques jours de leur départ pour Sotchi.

Du coup, pour évaluer ses chances de médaille en Russie, Cologna devra attendre la première course des Jeux, le dimanche 9 février. Si sa forme le permet, il abattra l'une de ses meilleures cartes à l'occasion de cette épreuve inaugurale, le skiathlon sur 30 km (styles alternés), à l'issue duquel il avait été sacré champion du monde l'an dernier à Val di Fiemme (It). Le 15 km classique du 14 février - où il défendra son titre de Vancouver en 2010 (disputé à l'époque en libre) - et le 50 km libre qui clôturera les Jeux constitueront deux autres opportunités pour le fondeur du Val Müstair.

Avant de se blesser, Cologna avait prévu de disputer cinq des six épreuves au programme des Jeux. La donne est évidemment différente aujourd'hui. Il ne serait ainsi pas surprenant qu'il zappe le sprint du 11 février, qui s'annonce de toute façon plus délicat face aux spécialistes de l'effort court. Cologna pourrait, en revanche, se laisser tenter par le sprint par équipes du 19, et ainsi s'associer avec son frère cadet Gianluca, bon sprinteur et pour la première fois cet hiver sur un podium en Coupe du monde (3e à Asiago/It). Finalement, il semble peu probable qu'il s'essaie au relais 4 x 10 km du 16, étant donné la petite forme de ses habituels partenaires, les Curdin Perl, Remo Fischer et autres Toni Livers.

Poker menteur

Si l'incertitude prévaut pour Cologna, la situation est également peu claire concernant les grands favoris pour Sotchi. En cette saison olympique, ils sont nombreux à s'être ménagés et à avoir caché leur jeu. C'est le cas notamment de Petter Northug, l'homme des grands rendez-vous avec ses quatre médailles olympiques (dont deux en or) et ses douze podiums aux Mondiaux (neuf titres). Perturbé par un virus durant sa préparation estivale, le Norvégien s'est montré discret en début d'hiver, avant de monter gentiment en puissance et même de remporter une étape du Tour de Ski.

Les Russes Alexander Legkov, Maxim Vylegzhanin et Ilya Chernousov, le Canadien Alex Harvey ou encore le Suédois Marcus Hellner ont aussi joué la carte de la prudence, misant tout sur les Jeux cette saison. Parmi les cadors, seul le Norvégien Martin Johnsrud Sundby n'a pas ménagé ses efforts jusqu'ici, lui qui a remporté le Tour de Ski et qui survole le classement général de la Coupe du monde.

Chez les dames, la meilleure fondeuse de l'hiver s'appelle Therese Johaug. Mais il n'est pas certain qu'il en soit de même aux JO avec le retour en force annoncé de sa compatriote norvégienne Marit Björgen et de la Polonaise Justyna Kowalczyk, les deux grandes dominatrices des dernières saisons.

Côté suisse, les espoirs chez les dames reposent sur Laurien van der Graaff. Spécialiste du sprint, la Grisonne n'a jamais quitté le top 10 cet hiver dans sa discipline de prédilection, montant même une fois sur le podium (2e à Nove Mesto/Tch). A Sotchi, la fondeuse de Davos sera également à l'oeuvre dans le sprint par équipes aux côtés de Bettina Gruber. (ats)

Ton opinion