Actualisé 14.03.2015 à 16:48

Ski nordique

Cologna sur le podium du 50 km libre d'Oslo

Le Grison a pris la 2e place du mythique 50 km de Holmenkollen (No), au-dessus d'Oslo, battu au sprint par le Norvégien Sjur Roethe. Martin Johnsrud Sundby (No) s'est adjugé la 3e place.

Ainsi donc, la distance du 50 km se refuse toujours à Cologna, déjà 2e à Oslo en 2012 et jamais gagnant en neuf courses internationales sur la plus longue des épreuves. Mais pas question cette fois de faire la fine bouche. Le Grison s'est montré remarquable sous le soleil norvégien, devant une foule considérable. Il a pris les commandes après 44 km pour entrer dans le stade d'arrivée en tête.

Il a fallu un grand Roethe, connu pour ses qualités de finisseur, pour devancer «super Dario» d'un souffle. L'athlète du Val Müstair peut se consoler avec sa victoire finale à la Coupe du monde de distance. Au général absolu, le gros globe tombe dans l'escarcelle du Norvégien Martin Johnsrud Sundby, 3e dimanche mais bredouille aux récents Mondiaux de Falun.

Cologna, qui a eu 29 ans mercredi, s'est présenté au sommet de sa forme pour cette ultime épreuve. Seuls les hommes forts - un groupe de cinq - a pu le suivre quand il a placé ses banderilles. Le champion du monde en titre, Petter Northug (No), avait décroché bien avant.

Cette performance sur le 50 km permet à Cologna de coiffer Northug pour prendre la 2e place du général de la Coupe du monde. Au bilan, sa saison 2014-15 n'a pas été des plus éclatantes. Triple vainqueur du général de la Coupe du monde et du Tour de ski, le Grison avait il est vrai placé la barre si haut qu'il lui est difficile de rivaliser avec lui-même.

Le triple champion olympique sera monté sept fois sur un podium de Coupe de monde cette saison (deux victoires, trois deuxièmes places et deux troisièmes places). En sprint, il aura été inexistant (une fois 14e et hors du top 30 pour le reste). Cologna a souffert d'un relatif manque de mobilité consécutif à sa double opération à un pied, la dernière en mars dernier. Son explosivité en pâtit, en particulier en sprint.

Un certain «spleen» s'était aussi emparé de lui à l'intersaison, après ses deux titres des JO de Sotchi, suivis par une décompression à la fois physique et psychique. Le Grison a eu du mal à démarrer dans la saison, a paru revenir au top en décembre mais s'est heurté à une très vive concurrence aux Mondiaux de Falun (une médaille, d'argent, sur le skiathlon 30 km). Son talent et son potentiel restent intacts.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!