Proche-Orient: Combats acharnés dans la ville de Gaza

Actualisé

Proche-OrientCombats acharnés dans la ville de Gaza

Des dizaines de chars israéliens appuyés par l'aviation ont pénétré en profondeur jeudi matin pour la première fois dans un quartier de Gaza-ville.

Des combats acharnés y ont opposé les soldats à des combattants palestiniens, ont indiqué des témoins.

Les blindés ont avancé jusqu'au coeur du quartier résidentiel de Tal Al-Hawa, un quartier périphérique de la ville de Gaza. Les forces israéliennes se sont heurtées à des combattants palestiniens tirant au mortier et à la roquette anti-char.

Les blindés tiraient des obus, y compris vers des immeubles résidentiels, alors que l'aviation menait des raids, selon les témoins. Une colonne de chars a pris position dans un parc public dans le centre du quartier. Des centaines de familles fuyaient les lieux vers des zones plus proches du centre de Gaza-ville.

Des blindés ont effectué des incursions dans deux autres quartiers de Gaza, ceux d'Al-Choujaïya et Zeitoun, où des combats ont été également signalés.

Famille tuée dans le nord

L'aviation a aussi mené des attaques dans le nord de la bande de Gaza. Une femme et ses trois enfants ont péri dans l'un de ces raids à Beit Lahya, selon des sources médicales.

Les groupes armés palestiniens ont de leur côté continué à tirer des roquettes sur le sud d'Israël. Selon l'armée, quatorze roquettes tirées de la bande de Gaza se sont abattues le matin sur le sud d'Israël sans faire de victime. Une maison a été touchée à Sdérot, distante de quelque cinq kilomètres de la bande de Gaza.

Depuis le début de l'offensive israélienne dans la bande de Gaza le 27 décembre, 1054 Palestiniens ont été tués et plus de 4870 autre blessés, selon un dernier bilan fourni par le chef des services d'urgence à Gaza, Mouawiya Hassanein. Les tirs de roquettes sur le sud d'Israël ont fait quatre morts depuis le 27 décembre. Au total, dix militaires et trois civils israéliens ont été tués depuis le début de l'offensive. (ats)

Des témoins palestiniens ont rapporté que des chars israéliens concentraient leurs tirs sur au moins trois des constructions les plus hautes du centre de Gaza. Ces immeubles de plus de deux étages se trouvent à quelque 1,5km des forces terrestres israéliennes. Ces attaques surviennent alors que ces troupes s'enfonçaient encore davantage dans les secteurs résidentiels les plus peuplés de la plus grande ville de la Bande de Gaza. Jeudi, des milliers de Gazaouis apeurés fuyaient leurs maisons en pyjamas certains poussant les fauteuils roulants de parents âgés. D'autres tentaient d'arrêter les voitures ou les ambulances pour demander de l'aide. Appuyés par des hélicoptères, des chars et de l'artillerie lourde, les soldats progressaient encore dans Gaza à la recherche de combattants du Hamas. On ignorait encore si cette nouvelle poussée sera de courte durée ou si elle constitue une nouvelle phase dans l'offensive dévastatrice qu'a lancée Israël le 27 décembre dernier contre le Mouvement de la Résistance islamique pour stopper les tirs de roquettes depuis Gaza. Il semble que l'Etat hébreu ait décidé d'augmenter sa pression sur le Hamas alors que les médiateurs internationaux tentent toujours d'arracher un cessez-le-feu. Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon est attendu en Israël dans la journée.

Des témoins palestiniens ont rapporté que des chars israéliens concentraient leurs tirs sur au moins trois des constructions les plus hautes du centre de Gaza. Ces immeubles de plus de deux étages se trouvent à quelque 1,5km des forces terrestres israéliennes. Ces attaques surviennent alors que ces troupes s'enfonçaient encore davantage dans les secteurs résidentiels les plus peuplés de la plus grande ville de la Bande de Gaza. Jeudi, des milliers de Gazaouis apeurés fuyaient leurs maisons en pyjamas certains poussant les fauteuils roulants de parents âgés. D'autres tentaient d'arrêter les voitures ou les ambulances pour demander de l'aide. Appuyés par des hélicoptères, des chars et de l'artillerie lourde, les soldats progressaient encore dans Gaza à la recherche de combattants du Hamas. On ignorait encore si cette nouvelle poussée sera de courte durée ou si elle constitue une nouvelle phase dans l'offensive dévastatrice qu'a lancée Israël le 27 décembre dernier contre le Mouvement de la Résistance islamique pour stopper les tirs de roquettes depuis Gaza. Il semble que l'Etat hébreu ait décidé d'augmenter sa pression sur le Hamas alors que les médiateurs internationaux tentent toujours d'arracher un cessez-le-feu. Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon est attendu en Israël dans la journée.

Des témoins palestiniens ont rapporté que des chars israéliens concentraient leurs tirs sur au moins trois des constructions les plus hautes du centre de Gaza. Ces immeubles de plus de deux étages se trouvent à quelque 1,5km des forces terrestres israéliennes. Ces attaques surviennent alors que ces troupes s'enfonçaient encore davantage dans les secteurs résidentiels les plus peuplés de la plus grande ville de la Bande de Gaza. Jeudi, des milliers de Gazaouis apeurés fuyaient leurs maisons en pyjamas certains poussant les fauteuils roulants de parents âgés. D'autres tentaient d'arrêter les voitures ou les ambulances pour demander de l'aide. Appuyés par des hélicoptères, des chars et de l'artillerie lourde, les soldats progressaient encore dans Gaza à la recherche de combattants du Hamas. On ignorait encore si cette nouvelle poussée sera de courte durée ou si elle constitue une nouvelle phase dans l'offensive dévastatrice qu'a lancée Israël le 27 décembre dernier contre le Mouvement de la Résistance islamique pour stopper les tirs de roquettes depuis Gaza. Il semble que l'Etat hébreu ait décidé d'augmenter sa pression sur le Hamas alors que les médiateurs internationaux tentent toujours d'arracher un cessez-le-feu. Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon est attendu en Israël dans la journée.

Des témoins palestiniens ont rapporté que des chars israéliens concentraient leurs tirs sur au moins trois des constructions les plus hautes du centre de Gaza. Ces immeubles de plus de deux étages se trouvent à quelque 1,5km des forces terrestres israéliennes. Ces attaques surviennent alors que ces troupes s'enfonçaient encore davantage dans les secteurs résidentiels les plus peuplés de la plus grande ville de la Bande de Gaza. Jeudi, des milliers de Gazaouis apeurés fuyaient leurs maisons en pyjamas certains poussant les fauteuils roulants de parents âgés. D'autres tentaient d'arrêter les voitures ou les ambulances pour demander de l'aide. Appuyés par des hélicoptères, des chars et de l'artillerie lourde, les soldats progressaient encore dans Gaza à la recherche de combattants du Hamas. On ignorait encore si cette nouvelle poussée sera de courte durée ou si elle constitue une nouvelle phase dans l'offensive dévastatrice qu'a lancée Israël le 27 décembre dernier contre le Mouvement de la Résistance islamique pour stopper les tirs de roquettes depuis Gaza. Il semble que l'Etat hébreu ait décidé d'augmenter sa pression sur le Hamas alors que les médiateurs internationaux tentent toujours d'arracher un cessez-le-feu. Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon est attendu en Israël dans la journée.

Des témoins palestiniens ont rapporté que des chars israéliens concentraient leurs tirs sur au moins trois des constructions les plus hautes du centre de Gaza. Ces immeubles de plus de deux étages se trouvent à quelque 1,5km des forces terrestres israéliennes. Ces attaques surviennent alors que ces troupes s'enfonçaient encore davantage dans les secteurs résidentiels les plus peuplés de la plus grande ville de la Bande de Gaza. Jeudi, des milliers de Gazaouis apeurés fuyaient leurs maisons en pyjamas certains poussant les fauteuils roulants de parents âgés. D'autres tentaient d'arrêter les voitures ou les ambulances pour demander de l'aide. Appuyés par des hélicoptères, des chars et de l'artillerie lourde, les soldats progressaient encore dans Gaza à la recherche de combattants du Hamas. On ignorait encore si cette nouvelle poussée sera de courte durée ou si elle constitue une nouvelle phase dans l'offensive dévastatrice qu'a lancée Israël le 27 décembre dernier contre le Mouvement de la Résistance islamique pour stopper les tirs de roquettes depuis Gaza. Il semble que l'Etat hébreu ait décidé d'augmenter sa pression sur le Hamas alors que les médiateurs internationaux tentent toujours d'arracher un cessez-le-feu. Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon est attendu en Israël dans la journée.

Des témoins palestiniens ont rapporté que des chars israéliens concentraient leurs tirs sur au moins trois des constructions les plus hautes du centre de Gaza. Ces immeubles de plus de deux étages se trouvent à quelque 1,5km des forces terrestres israéliennes. Ces attaques surviennent alors que ces troupes s'enfonçaient encore davantage dans les secteurs résidentiels les plus peuplés de la plus grande ville de la Bande de Gaza. Jeudi, des milliers de Gazaouis apeurés fuyaient leurs maisons en pyjamas certains poussant les fauteuils roulants de parents âgés. D'autres tentaient d'arrêter les voitures ou les ambulances pour demander de l'aide. Appuyés par des hélicoptères, des chars et de l'artillerie lourde, les soldats progressaient encore dans Gaza à la recherche de combattants du Hamas. On ignorait encore si cette nouvelle poussée sera de courte durée ou si elle constitue une nouvelle phase dans l'offensive dévastatrice qu'a lancée Israël le 27 décembre dernier contre le Mouvement de la Résistance islamique pour stopper les tirs de roquettes depuis Gaza. Il semble que l'Etat hébreu ait décidé d'augmenter sa pression sur le Hamas alors que les médiateurs internationaux tentent toujours d'arracher un cessez-le-feu. Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon est attendu en Israël dans la journée.

Des témoins palestiniens ont rapporté que des chars israéliens concentraient leurs tirs sur au moins trois des constructions les plus hautes du centre de Gaza. Ces immeubles de plus de deux étages se trouvent à quelque 1,5km des forces terrestres israéliennes. Ces attaques surviennent alors que ces troupes s'enfonçaient encore davantage dans les secteurs résidentiels les plus peuplés de la plus grande ville de la Bande de Gaza. Jeudi, des milliers de Gazaouis apeurés fuyaient leurs maisons en pyjamas certains poussant les fauteuils roulants de parents âgés. D'autres tentaient d'arrêter les voitures ou les ambulances pour demander de l'aide. Appuyés par des hélicoptères, des chars et de l'artillerie lourde, les soldats progressaient encore dans Gaza à la recherche de combattants du Hamas. On ignorait encore si cette nouvelle poussée sera de courte durée ou si elle constitue une nouvelle phase dans l'offensive dévastatrice qu'a lancée Israël le 27 décembre dernier contre le Mouvement de la Résistance islamique pour stopper les tirs de roquettes depuis Gaza. Il semble que l'Etat hébreu ait décidé d'augmenter sa pression sur le Hamas alors que les médiateurs internationaux tentent toujours d'arracher un cessez-le-feu. Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon est attendu en Israël dans la journée.

Des témoins palestiniens ont rapporté que des chars israéliens concentraient leurs tirs sur au moins trois des constructions les plus hautes du centre de Gaza. Ces immeubles de plus de deux étages se trouvent à quelque 1,5km des forces terrestres israéliennes. Ces attaques surviennent alors que ces troupes s'enfonçaient encore davantage dans les secteurs résidentiels les plus peuplés de la plus grande ville de la Bande de Gaza. Jeudi, des milliers de Gazaouis apeurés fuyaient leurs maisons en pyjamas certains poussant les fauteuils roulants de parents âgés. D'autres tentaient d'arrêter les voitures ou les ambulances pour demander de l'aide. Appuyés par des hélicoptères, des chars et de l'artillerie lourde, les soldats progressaient encore dans Gaza à la recherche de combattants du Hamas. On ignorait encore si cette nouvelle poussée sera de courte durée ou si elle constitue une nouvelle phase dans l'offensive dévastatrice qu'a lancée Israël le 27 décembre dernier contre le Mouvement de la Résistance islamique pour stopper les tirs de roquettes depuis Gaza. Il semble que l'Etat hébreu ait décidé d'augmenter sa pression sur le Hamas alors que les médiateurs internationaux tentent toujours d'arracher un cessez-le-feu. Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon est attendu en Israël dans la journée.

Des témoins palestiniens ont rapporté que des chars israéliens concentraient leurs tirs sur au moins trois des constructions les plus hautes du centre de Gaza. Ces immeubles de plus de deux étages se trouvent à quelque 1,5km des forces terrestres israéliennes. Ces attaques surviennent alors que ces troupes s'enfonçaient encore davantage dans les secteurs résidentiels les plus peuplés de la plus grande ville de la Bande de Gaza. Jeudi, des milliers de Gazaouis apeurés fuyaient leurs maisons en pyjamas certains poussant les fauteuils roulants de parents âgés. D'autres tentaient d'arrêter les voitures ou les ambulances pour demander de l'aide. Appuyés par des hélicoptères, des chars et de l'artillerie lourde, les soldats progressaient encore dans Gaza à la recherche de combattants du Hamas. On ignorait encore si cette nouvelle poussée sera de courte durée ou si elle constitue une nouvelle phase dans l'offensive dévastatrice qu'a lancée Israël le 27 décembre dernier contre le Mouvement de la Résistance islamique pour stopper les tirs de roquettes depuis Gaza. Il semble que l'Etat hébreu ait décidé d'augmenter sa pression sur le Hamas alors que les médiateurs internationaux tentent toujours d'arracher un cessez-le-feu. Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon est attendu en Israël dans la journée.

Ton opinion