Combats en Géorgie: «Il faut arrêter cette folie»
Actualisé

Combats en Géorgie: «Il faut arrêter cette folie»

Des combats ont éclaté jeudi entre l'armée géorgienne et les forces de la république séparatiste d'Ossétie du Sud. Le président géorgien Mikhaïl Saakachvili a appelé à un cessez-le-feu immédiat.

«Je vous propose un cessez-le-feu immédiat et l'ouverture dès maintenant de pourparlers», a déclaré M. Saakachvili dans une allocution télévisée. Il a souligné avoir ordonné à l'armée de ne pas riposter aux tirs.

Après une série d'accrochages mercredi et jeudi, «il y a de nombreuses victimes, incluant des morts et de nombreux blessés», a- t-il ajouté. Deux soldats géorgiens ont été tués et trois grièvement blessés dans ces accrochages, a précisé le secrétaire du Conseil national de Sécurité géorgien, Alexandre Lomaïa.

«J'ai réitéré ma proposition de large autonomie pour l'Ossétie du Sud et j'offre à la Russie d'être le garant de l'autonomie de l'Ossétie du Sud en Géorgie», a poursuivi M. Saakachvili.

«Arrêter cette folie»

Un peu plus tôt, lors d'une visite dans la ville de Gori, aux portes de la république séparatiste, le président géorgien avait déjà estimé qu'il fallait «arrêter cette folie». «Une confrontation n'est pas dans les intérêts de la Géorgie. J'espère - je suis sûr - que la poursuite de la confrontation n'est pas non plus dans les intérêts de la Russie», avait-il déclaré.

Les incidents se sont multipliés ces derniers jours, Géorgiens et Ossètes s'accusant à chaque fois mutuellement d'avoir tiré les premiers. Des échanges de tirs d'artillerie ont fait six morts côté ossète vendredi.

«Des batailles de grande envergure ont actuellement lieu près du village d'Avnevi», contrôlé par les Géorgiens, a déclaré en milieu d'après-midi un porte-parole du ministère géorgien de l'intérieur, Chota Outiachvili.

«Des séparatistes ont ouvert le feu sur huit villages géorgiens», a affirmé le ministre géorgien de la réintégration, Temour Iakobachvili. «Après plusieurs appels au cessez-le-feu restés sans réponse, la partie géorgienne a dû riposter», a-t-il dit.

Envoi de troupes

Les autorités ossètes ont pour leur part accusé Tbilissi d'avoir lancé une «opération de grande envergure» contre leur territoire. «De nombreuses unités militaires géorgiennes se dirigent vers la frontière (d'Ossétie du Sud)», a déclaré le secrétaire du Conseil de sécurité de la République sud-ossète, Anatoli Barankevitch.

Les autorités ossètes affirment que 18 personnes ont été blessées dans la nuit par des tirs d'artillerie sur leur capitale, Tskhinvali, et plusieurs villages environnants.

Selon M. Barankevitch, les soldats géorgiens ont installé «27 systèmes lance-roquette de type Grad» dans le district de Gori. «Une activité militaire renforcée des Géorgiens est observée tout le long de la fontière avec l'Ossétie du Sud», a-t-il ajouté.

Une source militaire géorgienne a confirmé que l'armée a dépêché une brigade mécanisée à Gori. Un hôpital de campagne est en cours d'installation sur la route principale où défilent des convois d'autobus remplis de soldats géorgiens.

Appel de la Russie

La Russie, qui souffle le chaud et le froid, a accusé jeudi la Géorgie de «préparer» une opération «militaire» en Ossétie du Sud, tout en déclarant rechercher avec Tbilissi une issue à la crise.

L'Ossétie du Sud, qui a fait sécession de la Géorgie après une guerre dans les années 1990, bénéficie du soutien moral et financier de Moscou et la grande majorité de ses habitants ont obtenu des passeports russes. (ats)

Ton opinion