Syrie: Combats entre rebelles et kurdes à l'est du pays

Actualisé

SyrieCombats entre rebelles et kurdes à l'est du pays

L'aviation et l'artillerie du régime ont bombardé mardi des fiefs rebelles à la périphérie de Damas, alors que des combats se sont poursuivis pour le 6e jour entre insurgés et kurdes à l'est.

Ces combats entre rebelles et combattants de l'Union démocratique kurde (PYD), la branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, rebelles kurdes de Turquie) ont déjà fait 56 morts dans les deux camps, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Près de Damas, les avions de combat ont mené des raids sur Douma au nord-est de Damas et survolé la Ghouta orientale, la région de vergers qui borde la capitale où les rebelles ont établi leurs bases-arrière, a précisé l'OSDH.

Dans le même temps, l'artillerie du régime a bombardé les localités de Daraya et de Mouadamiyat al-Cham, dans le sud-ouest, et de Beit Sahem et de Yalda, dans le sud de Damas, selon l'OSDH, qui s'appuie sur un important réseau de militants et de médecins à travers la Syrie.

Selon le journal proche du régime al-Watan, «dans la Ghouta orientale, les unités de l'armée ont pourchassé les hommes armés dans leurs repaires utilisant dans les combats toutes sortes d'armes, y compris l'artillerie et l'aviation».

Des combats avaient également lieu à Alep

Le quotidien ajoute que «la route de l'aéroport international de Damas (au sud-est de la capitale, ndlr) est sécurisée et la circulation est normale, ainsi que les vols de Syrian Air».

A Damas même, la situation dans le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk «où sont concentrés des groupes armés, reste tendue, et les affrontements entre ces derniers et les groupes armés se poursuivent», écrit al-Watan qui fait état d'«une pénurie de pain après la suspension du travail dans les boulangeries».

Ailleurs dans le pays, des combats avaient également lieu à Alep, la métropole du nord, dont les localités environnantes étaient sous les bombes des troupes régulières, tout comme celles de la province de Homs (centre) et Deraa (sud), où cinq rebelles ont péri, a précisé l'ONG.

Ban Ki-moon renouvelle sa «totale confiance» en Lakhdar Brahimi

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a réitéré mardi sa «totale confiance» en son émissaire pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, tout en reconnaissant qu'il y avait aujourd'hui «peu de perspectives» de règlement de la crise dans ce pays.

«Je suis reconnaissant à M. Lakhdar Brahimi pour sa ténacité, sa patience, sa ferme détermination et son dévouement», a déclaré Ban Ki-moon lors d'une conférence de presse.

Interrogé sur les vives critiques dont M. Brahimi fait désormais l'objet de la part des autorités syriennes, il a exprimé sa «totale confiance» dans le médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe, ajoutant: «il va continuer à travailler».

La presse officielle syrienne a qualifié récemment M. Brahimi de «faux médiateur», estimant qu'après des déclarations critiques envers le président syrien Bachar al-Assad, il était devenu «partie prenante et non plus un médiateur».

MM. Ban et Brahimi se sont rencontrés lundi à New York et le médiateur va poursuivre des consultations cette semaine avec les membres permanents du Conseil de sécurité. M. Brahimi doit s'adresser au Conseil le 29 janvier.

«Notre évaluation commune est qu'il y a encore un long chemin à parcourir avant de réunir les Syriens» des deux camps pour des négociations, a estimé M. Ban. «La situation est très sombre, très difficile et nous ne voyons pas beaucoup de perspectives de règlement (du conflit) pour le moment», a-t-il ajouté. (afp)

23 combattants pro-régime tués

Au moins 23 miliciens et soldats du régime de Bachar al-Assad ont été tués en trois jours de combats à Homs, dans le centre de la Syrie, où des dizaines d'autres combattants loyalistes ont été blessés, a rapporté mardi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

«Nous avons des informations de l'hôpital militaire de Homs selon lesquelles jusqu'à 130 soldats et combattants pro-régime ont été tués ou blessés ces trois derniers jours», a affirmé l'OSDH, affirmant avoir identifié au moins 23 morts.

La Russie prédit un conflit qui va «traîner en longueur»

Le conflit en Syrie risque de «traîner en longueur» et la victoire des rebelles est loin d'être acquise, a déclaré mardi le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Mikhaïl Bogdanov, cité par les agences de presse.

Interrogé sur la probabilité de la victoire des opposants au président Bachar al-Assad, M. Bogdanov a estimé : «au début certains pronostics parlaient de deux, trois, quatre mois, maintenant (le conflit dure depuis près de) deux ans. La situation peut évoluer de différentes façons. Je pense que le conflit risque de traîner en longueur».

«Je viens de parler à notre ambassadeur à Damas. Il dit que la situation est devenue beaucoup plus calme ces derniers jours», a-t-il souligné, suggérant que le pouvoir n'avait pas perdu le contrôle de la situation.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avait déjà estimé le 13 janvier que l'éviction du président syrien Bachar al-Assad du pouvoir était «impossible à mettre en œuvre». La Russie est l'un des derniers soutiens du régime syrien auquel elle vend des armes.

Au moment où les acteurs internationaux sont à la recherche d'une solution politique au conflit, les combats en Syrie continuent sans relâche, avec leur lot quotidien de morts et de dévastation.

Ton opinion