Libye : Combats entre rebelles et loyalistes à Zliten
Actualisé

Libye Combats entre rebelles et loyalistes à Zliten

De violents combats étaient en cours mardi entre rebelles et forces pro-Kadhafi pour le contrôle de la localité stratégique de Zliten, à l'est de Tripoli, a affirmé un porte-parole militaire de la rébellion.

«Les rebelles ont avancé jusque dans le centre de Zliten pour en prendre le contrôle. De violents combats s'y déroulent actuellement contre les forces de Kadhafi», a déclaré à l'AFP le colonel Ahmad Omar Bani, un porte-parole militaire du Conseil national de transition (CNT).

«Les affrontements ont débuté à l'aube», a simplement précisé le colonel Bani, interrogé à Benghazi, «capitale» des rebelles dans l'est du pays. Ces informations n'ont pas été confirmées de source indépendante.

Drant ces combats, les forces kadhafistes ont tué sept insurgés et en ont blessé 65 autres, a-t-on appris auprès des hôpitaux de Misrata, localité de l'ouest de la Libye aux mains des rebelles.

Située sur la route côtière longeant la Méditerranée, la ville de Zliten se trouve à environ 150 km à l'est de Tripoli et à 70 km à l'ouest du port de Misrata, aux mains des insurgés. Zliten est la position la plus avancée des rebelles du CNT à l'est de Tripoli.

Combats autour de Brega

Beaucoup plus à l'est, des combats se déroulaient également sur la ligne de front de Brega (220 km au sud-ouest de Benghazi), où une quarantaine de rebelles ont pu pénétrer dans la zone résidentielle de ce site pétrolier, selon le colonel Bani. «Les forces pro-Kadhafi ont dû se retirer» de cette zone, a-t-il dit.

Selon une autre source militaire, qui a requis l'anonymat, les combats à l'arme lourde se déroulent le long de la route principale menant à Brega, mais également 4 km plus à l'ouest, où des éléments rebelles ont pu s'infiltrer depuis la mer pour prendre à revers les forces pro-régime.

Les insurgés affirment depuis deux semaines resserrer leur étau sur Brega, site pétrolier niché à la pointe sud-est du golfe de Syrte.

Il ne resterait plus sur place que quelques combattants des forces pro-Kadhafi bloqués dans les installations pétrochimiques, toujours selon les rebelles. La progression de ces derniers avait été bloquée par des centaines de mines antipersonnel disséminées autour du site et par des tranchées emplies de liquides inflammables.

(ats)

Ton opinion