Actualisé 19.11.2018 à 06:20

Syrie

Combats inédits entre rebelles pro-Ankara

Depuis samedi, les affrontements qui opposent la quasi-totalité des groupes rebelles à une seule faction ont fait 25 morts.

1 / 150
La défense aérienne syrienne a fait face à des missiles israéliens dans le Sud et le Centre de la Syrie. (Jeudi 5 mars 2020)

La défense aérienne syrienne a fait face à des missiles israéliens dans le Sud et le Centre de la Syrie. (Jeudi 5 mars 2020)

AFP
Les frappes russes ont notamment touché le village de Qaminas, au sud de la ville d'Idleb. (Lundi 24 février 2020)

Les frappes russes ont notamment touché le village de Qaminas, au sud de la ville d'Idleb. (Lundi 24 février 2020)

AFP
Les forces du régime syrien ont pénétré dans la ville stratégique de Saraqeb mercredi, poursuivant leur offensive dans la province d'Idleb. (Mercredi 5 février 2020)

Les forces du régime syrien ont pénétré dans la ville stratégique de Saraqeb mercredi, poursuivant leur offensive dans la province d'Idleb. (Mercredi 5 février 2020)

AFP

Des affrontements ont éclaté pour la première fois entre factions rebelles syriennes pro-turques dans la ville d'Afrine, dans le nord de la Syrie, faisant 25 morts et des dizaines de blessés dimanche, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

La région d'Afrine, située dans la province d'Alep et majoritairement kurde, est tombée en mars aux mains de l'armée turque et de ses supplétifs syriens, qui en ont chassé les forces kurdes au terme d'une offensive meurtrière.

Les affrontements, commencés samedi et qui se poursuivent dimanche, opposent la quasi-totalité des groupes rebelles à une seule faction s'appelant «Tajamo Chouhada al-Charkiya», accusée de ne pas respecter «les décisions des forces turques» et «de multiples abus», a expliqué le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. Ils s'inscrivent dans le cadre général de la «lutte d'influence entre les groupes» rebelles pro-turcs à Afrine, a-t-il ajouté en précisant que l'objectif est d'«éliminer» «Tajamo Chouhada al-Charkiya».

Les combats dans plusieurs quartiers de la ville d'Afrine ont fait 25 morts et des dizaines de blessés dans les deux camps, selon M. Abdel Rahmane. «Ces combats violents continuent et ils sont sans précédents depuis que les rebelles ont pris Afrine», a précisé M. Abdel Rahmane. «Les civils sont terrifiés», a-t-il ajouté.

«Des chars turcs patrouillent»

Face aux violences, les forces turques présentes dans la ville ont demandé aux habitants de rester chez eux, a précisé l'Observatoire, ajoutant que «des chars turcs patrouillent dans les rues».

La faction «réfractaire», qui compte près de 200 combattants majoritairement originaires de la province de Deir Ezzor (est), avait participé à l'offensive qui a abouti à la prise d'Afrine, selon l'OSDH. Sur son compte twitter, l'«Armée nationale», qui regroupe la plupart des factions pro-Ankara, a expliqué qu'elle cherchait à en finir «avec les gangs hors-la-loi».

La ville d'Afrine a été le théâtre ces derniers mois de vols, pillages, expropriations et enlèvements, l'ONU dénonçant en août la saisie systématique de maisons abandonnées, alors que l'ONG Amnesty International décrivait un «climat de terreur» dans la cité.

La moitié des 320'000 habitants d'Afrine avaient fui l'avancée des troupes turques, selon un rapport de l'ONU en septembre sur la Syrie, pays ravagé par la guerre depuis 2011. (nxp/ats)

(NewsXpress)
Trouvé des erreurs?Dites-nous où!