Actualisé 14.12.2008 à 14:07

Votations du 8 févrierComité UDC contre la libre circulation

Un comité national s'est formé au sein de l'UDC pour combattre le «paquet antidémocratique et anticonstitutionnel» ficelé par le Parlement et soumis au vote le 8 février prochain sur la reconduction de la libre circulation des personnes avec l'Union européenne (UE) et son extension à la Bulgarie et à la Roumanie.

Le comité comprend l'ancien conseiller fédéral Christoph Blocher et 29 conseillers nationaux UDC, a annoncé dimanche le parti. Il est co-présidé par le président de l'UDC Toni Brunner, les vice-présidents Yvan Perrin et Jasmin Hutter, ainsi que par la vice-présidente du groupe parlementaire UDC Yvette Estermann.

Le comité craint une immigration incontrôlée de plus en plus forte et sans avantage réel pour la Suisse avec l'extension de la libre circulation. Alors que la Suisse va au devant d'une période économiquement très difficile, «les Roumains, les Bulgares et notamment les Roms obtiendront pratiquement le droit d'immigrer en Suisse», en plus des autres citoyens de l'UE. Sans parler du fait que l'UE négocie déjà une prochaine adhésion avec la Croatie et la Turquie.

La libre circulation des personnes accroît en outre la pression sur les salaires et le chômage, souligne le comité. Elle alourdit les charges de l'assurance-chômage, de l'AVS, de l'AI et des autres institutions sociales, une pression qui peut avoir des «conséquences désastreuses pour la sécurité sociale, en période de crise surtout». (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!