Coupe de l'America: «Comme deux boxeurs qui ne s'aiment pas trop»
Actualisé

Coupe de l'America«Comme deux boxeurs qui ne s'aiment pas trop»

Les Suisses d'Alinghi et les Américains d'Oracle préparaient ce week-end, dans une ambiance électrique, leur duel spectaculaire en multicoques débutant lundi à Valence (est) pour la 33e Coupe de l'America à la voile.

Il y a de la «tension» avant le début de cet affrontement organisé après deux ans et demi d'âpre litige judiciaire, a reconnu Larry Ellison, le «boss» milliardaire du challengeur américain, se réjouissant presque de cette chaude atmosphère.

«C'est comme un match pour le titre mondial des poids lourds où les deux boxeurs ne s'aiment pas beaucoup», a-t-il déclaré au sujet de sa confrontation avec le défenseur suisse Alinghi.

Le duel au meilleur des trois manches se déroule les 8, 10 et 12 février entre le maxi-catamaran d'Alinghi et le trimaran géant d'Oracle et les deux syndicats multiplient les joutes verbales à l'approche de la confrontation.

Ernesto Bertarelli, la patron suisse, également milliardaire, d'Alinghi, a annoncé qu'il serait à la barre de son bateau avec le Français Loïck Peyron et a défié Ellison de faire de même, rappelant que l'Américain n'avait rien gagné dans la «Cup» jusqu'à présent.

«Que le meilleur gagne sur l'eau!», a clamé Bertarelli en référence au litige judiciaire prolongé initié par Oracle en 2007, après la victoire d'Alinghi dans la 32e «Cup», et qui a abouti à ce duel inédit en multicoques.

Le résultat sur l'eau pourrait encore être inversé par la justice new-yorkaise, qui examinera le 25 février une plainte d'Oracle accusant Alinghi d'utiliser des voiles «illégales», car fabriquées aux Etats-Unis.

Ellison a indiqué vendredi qu'il ne serait pas lundi sur son trimaran barré par l'Australien James Spithil et doté d'une gigantesque aile rigide de 68m de hauteur.

«C'est 50/50»

Il a en outre annoncé qu'il ne participerait pas samedi en fin d'après-midi à la traditionnelle conférence de presse des propriétaires des voiliers, une attitude juge «arrogante» par la presse locale.

Le richissime homme d'affaires, qui contrôle le fabriquant de logiciels Oracle, a prétexté une mise à l'écart de son adjoint néo-zélandais Russell Coutts, un transfuge d'Alinghi, mais les organisateurs ont précisé que seuls les «propriétaires» étaient invités.

Autant dire que les esprits seront échauffés lundi peu après 10h00 locales (09h00 GMT) quand débutera le duel entre les deux monstres des mers, construits à prix d'or par les deux syndicats, dont les budgets pour cette 33e «Cup» avoisinent les 100 millions d'euros.

Les pronostics allaient bon train ce week-end, mais personne ne se hasardait à donner un favori. Les deux concurrents partent dans l'inconnu avec deux voiliers «extrêmes» bâtis spécifiquement pour ce duel et les risques de «casse» sont importants.

«C'est 50/50 à mon avis et avec du petit temps Alinghi peut gagner, sinon c'est nous avec de la brise», a estimé Coutts, grand spécialiste de l'épreuve, reconnaissant l'avantage donné à Oracle par son aile rigide géante.

«C'est sûr, une aile rigide donne beaucoup plus de vitesse» et permet de mieux manoeuvrer, a renchéri Paul Cayard, le marin franco-américain bon connaisseur de l'épreuve.

Beaucoup pourrait donc dépendre du vent et du comité de course qui donnera le départ, dont les décisions risquent d'être contestées dans cet affrontement au couteau lundi sur un parcours aller-retour de 20 milles marins.

Le public, clairsemé à Valence, est plutôt déconcerté: il ne peut même pas voir le trimaran d'Oracle, stationné dans le port commercial et non dans la marina de la Coupe et aura du mal à suivre les course organisées la semaine prochaine très au large des côtes. (afp)

En bref

La 33e Coupe de l'America oppose au meilleur des 3 manches le catamaran du défenseur suisse Alinghi au trimaran du challengeur américain Oracle, qui s'affrontent en «match race» avec des équipages pouvant aller de 7 à 16 navigants, à partir de lundi au large de Valence (est).

Le programme: les régates débutent lundi 8 février et se dérouleront ensuite mercredi 10, puis vendredi 12, si une troisième manche est nécessaire. Elles peuvent être reportées si les conditions de navigation ne sont pas jugées propices par le comité de course. Une période dite de «réserve», susceptible d'être prolongée, a ensuite été fixée du 15 au 25 février. Les courses débutent un peu après 10h00 du matin (09h00 GMT).

Les parcours: la première manche au large de Valence sera un aller-retour, au près puis au portant, de 20 milles nautiques et la deuxième, un triangle équilatéral de 39 milles. La troisième manche, si nécessaire, sera similaire à la première. Les lignes de départ et d'arrivée sont les mêmes.

Les règles: elles sont fixées par le «Deed of Gift», document historique (1887) qui régit toujours l'épreuve, avec un comité de course chargé de gérer les régates et un jury international pour trancher les litiges. La décision de donner le départ, notamment en fonction de la force du vent, est laissée à l'appréciation du comité de course. En 2007, lors de la 32e édition de la «Cup», la fourchette pour le vent était de 7 à 23 noeuds.

Les bateaux: les voiliers engagés dans cette 33e Coupe de l'America sont pour la première fois deux multicoques géants considérés comme «extrêmes» et construits spécifiquement pour l'épreuve, en Suisse et aux Etats-Unis. Le maxi-catamaran d'Alinghi est un voilier en carbone composite de 90 pieds (27m) avec un mât de près de 50m. Le trimaran géant d'Oracle en fibre de carbone, également de 90 pieds, dispose d'une aile rigide géante spectaculaire de 68m, qui pourrait lui donner l'avantage sur son rival.

Les équipages: les nombre de navigants est variable, selon les conditions de course. Il peut aller de 7 à 16 pour Oracle et de 10 à 16 pour Alinghi. Lundi il devrait y avoir une dizaine de marins sur Oracle, barré par James Spithill (AUS) et 16 sur Alinghi, barré conjointement par Loïck Peyron (FRA) et le patron du syndicat, Ernesto Bertarelli (SUI).

Ton opinion