App - Comme si la pandémie ne suffisait pas, Yik Yak est de retour
Publié

App«Comme si la pandémie ne suffisait pas, Yik Yak est de retour»

Fermé il y a quatre ans, le réseau social anonyme controversé est de nouveau disponible sur l’App Store.

Les nouveaux responsables de l’app ont annoncé son retour sur le site 

Les nouveaux responsables de l’app ont annoncé son retour sur le site

Capture d’écran

«Comme si la pandémie ne suffisait pas, l’app Yik Yak est de retour», a tweeté lundi une internaute en apprenant que ce réseau social anonyme controversé était de nouveau disponible après un hiatus de quatre ans.

Lancé en 2013 par deux étudiants américains de l’Université Furman en Caroline du Sud et fermé en 2017, Yik Yak permet de publier des messages anonymes, appelés «yaks», qui peuvent être lus par tous les autres membres anonymes de la communauté dans un rayon de 8 km. Comme sur la plateforme Reddit, les utilisateurs peuvent voter pour ou contre un contenu pour influencer sa popularité.

Le service, qui rappelle les apps concurrentes Whisper ou Secret, avait rapidement connu le succès lors de son lancement en 2013, mais aussi les dérapages. Sous le couvert de l’anonymat, des utilisateurs s’en sont servis comme un outil d’intimidation, de cyberharcèlement, mais aussi pour y proférer des propos diffamatoires, discriminatoires et racistes, ainsi que des menaces d’actes violents.

Nouveaux garde-fous

Pour que l’histoire ne se répète pas, les responsables de l’app s’engagent à faire de la nouvelle version de Yik Yak «un endroit amusant, exempt d’intimidation, de menaces et de toute sorte de négativité». Ils invitent à signaler les contenus problématiques et menacent de bannir immédiatement les utilisateurs qui ne respecteraient pas la charte d’utilisation de la plateforme. Elle interdit entre autres de publier des informations personnelles permettant d’identifier des personnes, de cyberharceler d’autres utilisateurs ou de partager des contenus pornographiques.

L’app n’est pour le moment redéployée qu’aux États-Unis, mais ses nouveaux propriétaires prévoient d’étendre prochainement sa disponibilité dans d’autres pays. Ils expliquent sur le site officiel avoir racheté les droits en février 2021 pour redévelopper l’app.

(man)

Ton opinion

4 commentaires