Ski alpin: «Comme un troupeau de moutons, on skie»
Actualisé

Ski alpin«Comme un troupeau de moutons, on skie»

Julien Lizeroux a poussé un immense coup de gueule après les graves incidents survenus à Kitzbühel. «On joue avec notre santé», dénonce le skieur français.

Le Français n'a pas apprécié son week-end autrichien.

Le Français n'a pas apprécié son week-end autrichien.

photo: Keystone/AP/Shin Tanaka

Il n'est pas content, Julien Lizeroux. Connu pour son tempérament et sa faculté de dire tout le temps ce qu'il pense, il s'est confié à «L'Equipe», ulcéré par les accidents survenus à Aksel Lund Svindal et Georg Streitberger notamment. Les deux coureurs ont lourdement chuté sur la Streif de Kitzbühel et cela a ému tout le Cirque blanc. Mais les descendeurs n'ont pas été les seuls touchés, puisque le slalomeur Giuliano Razzoli a lui aussi été sérieusement blessé en Autriche. L'Italien, champion olympique en 2010, a dû être évacué en hélicoptère, le ligament croisé du genou gauche rompu.

Alors, Julien Lizeroux a parlé. Fort. «On va encore dire que je gueule tout le temps. Mais en première manche, j'ai juste essayé de ne pas me faire mal. J'ai déjà suffisamment donné dans ma carrière en terme de blessures. Voir Razzoli se blesser gravement m'a traumatisé. Et nous, on ne dit rien. Comme un troupeau de moutons, on skie». Voilà qui est dit.

Le slalomeur français n'en est pas resté là, toujours face au reporter de «L'Equipe»: «On joue avec notre santé. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi on rajoute des difficultés sur une piste déjà compliquée. Plus de mouvements de terrain qu'il y en a déjà. Plus de glace, aussi. On va trop loin. Dans notre sport, déjà accidentogène, la quête de spectacle ne doit pas se faire au détriment de notre sécurité. Tous les jours on envoie des gars à l'hôpital et ça ne semble poser de problèmes à personne. Dans la pente, on n'arrive pas à tailler une courbe et on passe pour des guignols. Après, les deux vedettes (Kristoffersen et Hirscher), il n'y a rien à dire. Ils passent partout et font ce qu'ils veulent! C'est beau à voir.» Beau, mais pas sans risques. (20 minutes)

Ton opinion