Actualisé

Corruption«Comment la Fifa a eu le gouvernement polonais?»

La presse polonaise s'indigne des méthodes de la Fifa dans le cadre du conflit avec le gouvernement de Varsovie autour de la Fédération polonaise de football (PZPN).

Excédé par l'inaction de la PZPN face à la corruption du football polonais, le ministre polonais des sports Miroslaw Drzewiecki avait destitué la semaine dernière la direction de la Fédération pour la remplacer par un administrateur. Mais il avait aussitôt provoqué la colère de la Fifa et l'UEFA. La Fifa avait fixé à la Pologne un ultimatum et a demandé de rétablir la direction de PZPN dans ses fonctions jusqu'à lundi à midi.La crise a connu un apaisement lundi après-midi au prix d'un recul presque intégral du gouvernement polonais. La Fifa a renoncé à ses sanctions.

«Le gouvernement polonais a dû céder sous le chantage des fédérations internationales de football», déplore le quotidien Dziennik.«La position de la Fifa est humiliante. Une fois de plus, il s'est avéré que la Fifa persécute les pays où la démocratie ne fait que renaître et les fédérations de football sont encore enracinées dans le système totalitaire. Eux, (la Fifa) ils n'écoutent pas du tout nos arguments, ne veulent pas comprendre nos problèmes», écrit le journal Gazeta Wyborcza, citant un responsable de PZPN.«Comment la Fifa a eu le gouvernement polonais?», titrait le journal dans son commentaire.«Tout le conflit pourrait être illustré par une scène d'un film: le ministre des sports veut se battre avec un sabre. Face à lui, il a Sepp Blatter qui l'élimine d'une seule balle».Le même journal estimait lundi que le gouvernement polonais «a tenté de s'opposer à l'organisation sportive la plus puissante, la plus riche et la plus corrompue dans le monde. La PZPN a l'air d'un gang de petits pickpockets à côté de gros marchands d'armes».Ces trois dernières années, plus de 140 responsables de clubs ou arbitres polonais ont déjà été poursuivis ou condamnés dans des affaires de corruption et de truquage de matches, dans un scandale qui a impliqué 29 des 34 clubs de 1re et 2e division de la saison 2007/2008.La presse polonaise soulignait aussi mardi que la Fifa n'est pas toujours aussi ferme avec les puissants. Elle affirme que la Fifa n'avait rien engagé contre la Russie, après la révocation de la direction de la Fédération de football russe par le président Vladimir Poutine.mc/bo/fbr

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!