Publié

Gestion de criseComment les mesures du Conseil fédéral vont-elles impacter Noël?

Vendredi, le Conseil fédéral renforcera les mesures pour lutter contre la propagation du coronavirus. Si cela ne suffit pas, les sept sages menacent de nouvelles fermetures, par exemple d'établissements de restauration, pour tout le pays.

par
Daniel Graf/lom

La présidente Simonetta Sommaruga et le ministre de la santé Alain Berset ont rencontré les médias mardi soir lors d’une conférence de presse surprise. Ils ont annoncé que, vendredi, les mesures de lutte contre le Covid-19 seront renforcées dans toute la Suisse. Au cours de la série de questions qui a suivi, les deux conseillers fédéraux ont répondu à diverses interrogations des médias.

Pourquoi le Conseil fédéral a-t-il adopté un plan à trois piliers ?

Selon Simonetta Sommaruga, présidente de la Confédération, il est important d'agir rapidement maintenant. Le premier pilier est constitué par les mesures immédiates avec une heure de fermeture à partir de 19 heures pour les restaurants et les magasins et un renforcement supplémentaire. Si cela ne suffit pas, le Conseil fédéral se réserve le droit de prendre d'autres mesures dans le cadre du deuxième pilier, qui peuvent également être imposées spécifiquement pour certaines régions ou certains cantons. Le troisième pilier consiste à verser des indemnités aux entreprises qui sont particulièrement touchées.

Quand le Conseil fédéral déclencherait-il la deuxième phase du plan ?

Cela dépend de différents facteurs. Alain Berset a cité la situation dans les unités de soins intensifs et le taux de reproduction du virus comme deux facteurs importants qui entrent dans cette évaluation.

Qu'est-ce que cela signifierait ?

Si la situation continue à se détériorer au cours de la semaine prochaine, le Conseil fédéral prévoit de décider de nouvelles mesures lors de sa séance du 18 décembre, comme la fermeture de restaurants et de magasins d'ici le 20 janvier. Selon la situation, un deuxième verrouillage ne peut être exclu.

Qu'est-ce que cela signifie pour Noël et le Nouvel An ?

Des exceptions sont prévues pour Noël et la veille du Nouvel An. Les détails de ces mesures, par exemple la durée d'ouverture des magasins et des restaurants, seront décidés vendredi. Alain Berset a déclaré qu'il devrait également être possible d'organiser la messe de minuit. Le Conseil fédéral veut supprimer la restriction prévue des réunions privées à 5 personnes du 24 au 26 décembre ainsi que le 31 décembre et autoriser des célébrations jusqu'à 10 personnes. Selon le conseiller fédéral, cette règle est difficile à contrôler. Cependant, il espère que les gens s'y conformeront.

Le Conseil fédéral veut-il que Coop et Migros ferment aussi à 19 heures ?

Oui, tous les magasins doivent fermer à 19 heures. Néanmoins, peu avant l'heure de fermeture, plus personne n'est autorisé à s'entasser dans les magasins: «Les concepts de protection que les magasins ont élaborés sont toujours valables», a déclaré Mme. Sommaruga.

Le Conseil fédéral laissera-t-il les domaines skiables ouverts ?

Oui, les règles concernant les restaurants et les magasins ainsi que les restrictions sur le nombre de personnes dans les lieux clos s'appliquent également dans les stations de ski. «Mais le ski est simplement une activité sportive de plein air et n'est donc pas concerné par les mesures que nous voulons prendre», a déclaré M. Berset.

Qu'est-ce que cela signifie pour le sport professionnel ?

Le Conseil fédéral souhaite que les ligues professionnelles de football et de hockey sur glace puissent continuer à organiser des matches sans spectateurs. Il n'est toujours pas clair si les horaires de jeu seront modifiés et si les jeux doivent être terminés avant 19 heures.

Les cantons peuvent-ils refuser et en faire moins ?

Non. Les mesures qui seront décidées vendredi sont contraignantes pour toute la Suisse. Mais Mme. Sommaruga a déclaré: «Si nous n'écoutions pas les cantons, nous n'aurions pas à faire une consultation. Il est donc possible qu'un ou deux points soient encore légèrement ajustés d'ici vendredi».

Y aura-t-il de nouveaux instruments pour indemniser les entreprises ?

Selon Mme. Sommaruga, il est clair que les mesures plus strictes doivent également s'accompagner d'un soutien accru aux industries et aux personnes qui sont particulièrement touchées. Il reste à savoir si d'autres mesures sont nécessaires en plus du chômage partiel et des allocations de pénibilité, et combien d'argent la Confédération et les cantons mettront à disposition à cet effet.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!