Jeux olympiques - «Comment représenter un pays qui ne me représente même pas?»
Publié

Jeux olympiques«Comment représenter un pays qui ne me représente même pas?»

La basketteuse Liz Cambage a dénoncé le manque de diversité sur des photos de la sélection australienne pour les JO de Tokyo.

La joueuse australienne de basket Liz Cambage, née d’une mère australienne et d’un père nigérian, s’est plainte du manque de diversité raciale sur des photos publiées par la société Jockey, principal sponsor de la sélection nationale olympique, vendredi sur Instagram.

Certains sélectionnés olympiques et paralympiques sont apparus sur plusieurs photos publicitaires de la marque de sous-vêtements australienne Jockey, avec sur l’une d’elles uniquement des athlètes blancs.

«COMMENT PUIS-JE REPRÉSENTER UN PAYS QUI NE ME REPRÉSENTE MÊME PAS #whitewashedaustralia», a posté la pivot métisse de 2,03 m, âgée de 29 ans, titulaire depuis plus de dix ans en équipe d’Australie, avec laquelle elle a disputé les deux précédents Jeux olympiques, avec à la clé une médaille de bronze à ceux de Londres en 2012.

«Je ne cesserai jamais de dénoncer»

«Je ne cesserai jamais de le dénoncer», a encore déclaré sur le même réseau social l’une des stars des Opals (le surnom des joueuses de l’équipe d’Australie de basket) et des Las Vegas Aces en WNBA, l’équivalent féminin de la NBA.

Liz Cambage a fustigé également une autre photo montrant des athlètes australiens en tenue, dont un seul, le joueur de rugby Maurice Longbottom, est aborigène, affirmant que «le faux bronzage ne remplace pas la diversité».

«Vous faites vraiment tout votre possible pour retirer les POC (personnes de couleur) du premier plan alors que ce sont les athlètes noirs qui mènent le peloton», a encore lancé la championne.

La basketteuse a ensuite rappelé que l’héroïne des Jeux olympiques de Sydney en 2000 avait été Cathy Freeman, une Aborigène, sacrée sur 400 m.

Le plus grand moment sportif de l’Australie a été réalisé grâce à une FEMME INDIGÈNE NOIRE

Liz Cambage

«Je vous rappelle également que le plus grand moment sportif de l’Australie a été réalisé grâce à une FEMME INDIGÈNE NOIRE (Freeman)", écrit-elle.

Soutien de l’AOC

Le Comité olympique australien (AOC) a donné raison à Cambage dans un communiqué qu’il a publié sur le sujet, mettant clairement en cause Jockey.

«Les athlètes mis à la disposition de Jockey auraient pu et dû mieux refléter la riche diversité des athlètes qui représentent l’Australie aux Jeux Olympiques», écrit le Comité, avant de s’estimer «fier de son bilan» concernant la promotion de «l’égalité des sexes et de toutes les formes de diversité».

L’AOC a souligné qu’il y aura d’autres séances de photos «qui reflètent notre grande diversité d’athlètes».

(AFPE)

Ton opinion