États-Unis: Comment sa chute dans une cuve de chocolat liquide lui a sauvé la vie

Publié

États-UnisComment sa chute dans une cuve de chocolat liquide lui a sauvé la vie

Une employée qui se trouvait à l’intérieur de la chocolaterie qui a explosé fin mars en Pennsylvanie a survécu grâce à un incroyable coup du sort.

Le drame a fait sept morts et dix blessés le 24 mars.

Le drame a fait sept morts et dix blessés le 24 mars.

TWITTER @Based_In410 via REUTERS

Patricia Borges mettra du temps à se remettre de l’effroyable expérience qu’elle a vécue le 24 mars dernier. Et la quinquagénaire se sait miraculée. Depuis son lit d’hôpital à West Reading (Pennsylvanie), elle raconte à AP comment elle a survécu à la terrible explosion qui a tué sept de ses collègues, dans une chocolaterie de la ville. Patricia se trouvait dans le bâtiment quand l’incendie s’est déclenché.

«Quand j’ai commencé à brûler, je me suis dit que c’était la fin pour moi. J’ai demandé à Dieu pourquoi il me donnait une mort aussi horrible», témoigne l’employée. Un des bras de Patricia était déjà gravement brûlé quand le sol s’est soudainement dérobé sous ses pieds. Par un incroyable coup du sort, l’employée est tombée dans la cuve de chocolat qui se trouvait à l’étage inférieur. La quinquagénaire, qui mesure 1 m 47, était immergée à hauteur de poitrine.

«Pour ma collègue Judy, je veux que justice soit faite»

Grâce au liquide, les flammes qui étaient en train de dévorer son corps se sont éteintes. Son calvaire était cependant loin d’être fini: la miraculée a passé neuf heures à crier au secours avant d’être enfin secourue par les pompiers. Transie de froid, la rescapée a été conduite à l’hôpital dans un état grave, consciente mais «totalement confuse», a expliqué Ken Pagurek, capitaine des pompiers de Philadelphie.

«Elle souffrait d’une hypothermie sévère et était sonnée. Je pense que s’ils ne l’avaient pas trouvée à ce moment-là, le nombre de victimes aurait certainement été plus élevé», a-t-il ajouté. Patricia a été soignée pour des brûlures, des fractures aux talons et de la clavicule. La quinquagénaire a décidé de s’exprimer pour que les responsables de cette tragédie soient sanctionnés. «Je voulais parler pour que cela ne se reproduise plus à l’avenir. Pour ma collègue Judy, je veux que justice soit faite», conclut-elle.

Ne ratez plus aucune info

Pour rester informé·e sur vos thématiques préférées et ne rien manquer de l’actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque jour, directement dans votre boîte mail, l’essentiel des infos de la journée.

(joc)

Ton opinion