Nouvelles cartes de débit - Commerçants moins taxés lors de paiements par carte
Publié

Nouvelles cartes de débitCommerçants moins taxés lors de paiements par carte

Monsieur Prix a signé un accord pour que les achats aux montants élevés réglés avec des cartes de débit ne coûtent pas trop cher aux commerçants. Il pourrait leur faire réaliser 5 à 6 millions de francs d’économies.

Les frais qui prenaient l’ascenseur pour les paiements de grands montants seront plafonnés.

Les frais qui prenaient l’ascenseur pour les paiements de grands montants seront plafonnés.

Getty Images

Depuis quelques mois, les banques envoient de nouvelles cartes à leurs clients. Elles sont régies par un nouveau modèle tarifaire pour le commerçant qui les accepte. Pour une MasterCard Debit, c’est 10 ct. par transaction + 0,49% du montant de celle-ci. Pour la Visa Debit et la VPAY, c’est 10 ct. + 0.96%.

Or, un problème a été pointé du doigt pour des transactions portant sur de gros montant. La commission devenait très importante. Monsieur Prix a négocié un accord à l’amiable, en mai, pour un nouveau règlement qui permet d’adoucir les taxes prélevées, rappelle-t-il dans sa newsletter parue jeudi. Pour les achats onéreux, les frais sont plafonnés à 2 fr. pour les cartes MasterCard Debit et à 3 fr. 50 pour les cartes Visa Débit et VPAY.

Pour les petits montants, ces nouvelles cartes adoucissent un peu le problème, qui avait émergé lors de la première vague de la pandémie quand le volume des paiements par carte avait fortement augmenté. Monsieur Prix rappelle que de nombreuses plaintes de petits commerçants, par exemple des boulangers, avaient été reçues. «Avec ces nouvelles cartes, les opérations de faibles montants reviennent nettement moins cher par rapport aux montants fixes prélevés par l’ancienne carte Maestro ou par VPAY», note-t-il. En 2019, 50% des paiements par carte de débit l’ont été pour des montants inférieurs à 30 francs.

Interpellation entendue

Selon Stefan Meierhans, l’introduction des plafonds et l’accord à l’amiable devraient permettre aux entreprises suisses d’économiser entre 5 et 6 millions de francs, estime-t-il dans sa newsletter. En mai, la conseillère nationale Jacqueline de Quattro avait interpellé le Conseil fédéral à ce sujet. Elle rappelait par le menu les changements et donnait des exemples chiffrés de ce que les entreprises devaient verser aux émetteurs de cartes. Elle a été entendue.

(comm/jbm)

Ton opinion

30 commentaires