Gaza: Complexe de l'ONU touché par l'artillerie israélienne

Actualisé

GazaComplexe de l'ONU touché par l'artillerie israélienne

Le siège à Gaza de l'agence des Nations unies pour les réfugiés a été touché jeudi par l'artillerie israélienne et le bâtiment est en flammes.

Chris Gunness, le porte-parole de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNWRA), a souligné que l'immeuble servait d'abri à des centaines de personnes fuyant l'offensive israélienne qui est entrée dans sa 20e journée. On ignore combien de personnes se trouvaient dans cet immeuble au moment de ce pilonnage. Au moins trois personnes ont été blessées.

Il a précisé qu'il semble que le bâtiment ait été touché par trois obus au phosphore. Ces projectiles brûlent à très haute température et peuvent provoquer des incendies. Ce complexe de bâtiments comprend le siège de l'UNWRA mais aussi des bureaux ainsi qu'une école. Selon Chris Gunness, d'importantes quantités d'aides ainsi que des camions citernes pourraient être détruites.

Il était difficile de vérifier dans l'immédiat dans la mesure où tout le secteur est sous une épaisse couche de fumée noire.

L'armée israélienne n'a fait aucun commentaire dans l'immédiat.

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a exprimé son «indignation». (ap)

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a exprimé son «indignation» et élevé une «vive protestation» après le bombardement israélien d'un complexe de l'ONU à Gaza. Ban Ki-moon a exigé l'ouverture immédiate d'une enquête sur cet incident et a précisé que le ministre israélien de la Défense Ehoud Barak lui a confirmé qu'il s'agissait d'une «grave erreur».

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a exprimé son «indignation» et élevé une «vive protestation» après le bombardement israélien d'un complexe de l'ONU à Gaza. Ban Ki-moon a exigé l'ouverture immédiate d'une enquête sur cet incident et a précisé que le ministre israélien de la Défense Ehoud Barak lui a confirmé qu'il s'agissait d'une «grave erreur».

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a exprimé son «indignation» et élevé une «vive protestation» après le bombardement israélien d'un complexe de l'ONU à Gaza. Ban Ki-moon a exigé l'ouverture immédiate d'une enquête sur cet incident et a précisé que le ministre israélien de la Défense Ehoud Barak lui a confirmé qu'il s'agissait d'une «grave erreur».

Ton opinion