Actualisé 23.06.2020 à 17:07

Neuchâtel

Comptes acceptés par des députés inquiets de l’avenir des finances

Si le résultat 2019 est moins déficitaire que prévu au budget, les élus n’ont pas caché leurs craintes face à une année 2020 qui sera plombée par les conséquences économiques de la crise du Covid-19.

Le Grand Conseil neuchâtelois a accepté mardi sans opposition les comptes 2019, déficitaires. La droite est inquiète de la hausse de l'endettement, la gauche de la baisse des recettes fiscales des personnes morales.

«L'exercice 2019 a permis l'aboutissement de grands projets qui vont changer le canton en profondeur», a déclaré le conseiller d'Etat responsable des finances, Laurent Kurth, lors de cette session qui se tient au Pavillon des sports de La Chaux-de-Fonds pour respecter les distances sanitaires. «La voie tracée est la bonne et porte ses fruits mais il faut poursuivre les efforts d'assainissement et de transformation».

Le canton de Neuchâtel a bouclé 2019 avec un déficit de 11,4 millions de francs, soit une amélioration de 6,5 millions par rapport au budget. En 2018, le déficit était encore de 33,3 millions. En 2019, les recettes fiscales sont ressorties inférieures aux prévisions de près de 50 millions, influencées notamment par les résultats de quelques grands acteurs.

Hausse de l’endettement

Le groupe libéral-radical s'est dit mitigé face au résultat de cet exercice. Si le déficit recule et si l'évolution des charges du personnel «est réjouissante», l'endettement a augmenté de 28,8%, à 406 millions de francs. «Les événements de ce printemps nous montrent qu'il faut être strict dans la gestion, afin de pouvoir améliorer la situation de l'Etat dans les bonnes années et faire face aux années plus difficiles.»

L'UDC déplore aussi que le Canton ait augmenté son endettement, même s'il est imputé en grande partie à l'assainissement extraordinaire de la dette du Réseau hospitalier neuchâtelois et à la caisse de pensions Prévoyance.ne.

De son côté, le groupe socialiste se réjouit de la tendance positive de réduction du déficit qui doit permettre de consolider et de renforcer le rôle social de l'Etat, notamment en temps de conjoncture moins favorable. Le groupe aimerait par ailleurs une meilleure concrétisation des investissements planifiés, afin d'imprimer à l'économie neuchâteloise l'impulsion voulue.

Recettes fiscales en chute libre

PopVertsSol a relevé de son côté que, malgré l'embellie conjoncturelle en 2019, les recettes des personnes morales ont décroché, en lien avec la réorganisation de quelques multinationales. «Cet effondrement» qui se produit avant l'entrée en vigueur de la réforme fiscale inquiète vivement le groupe. Ce dernier se demande ce qu'il restera aux collectivités, à l'issue de la crise sanitaire et économique qui va en découler.

Pour le groupe Vert'libéral-PDC, les prochains exercices, qui seront difficiles, ne permettront probablement pas de voir «clairement le résultat des réformes entreprises. Il faudra cependant garder le cap, et ne pas perdre de vue les objectifs fixés pour redynamiser notre canton.»

L'exercice 2020 sera marqué par la crise sanitaire et économique due à la pandémie de coronavirus, qui démontre que l’équilibre des finances ne peut être érigé en dogme, a ajouté le gouvernement.

(ATS)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
14 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Logique

24.06.2020 à 07:38

Viré les frontaliers, redynamisé les régions désertés par le manque de job, c est déjà une solution

Oto Mobil

24.06.2020 à 07:32

Canton "ouvert au monde" qu'ils disaient !...on voit le résultat merci !

un neuchâtelois

24.06.2020 à 06:43

Il faut augmenter les impôts et diminuer le social