Actualisé 14.01.2008 à 12:06

Concentré de cinéma suisse à Soleure

Le film événement «Max & Co» lancera lundi les 43es Journées de Soleure. Ce festival de cinéma suisse promet de belles découvertes et des étincelles car son directeur Ivo Kummer critique sévèrement le travail de Nicolas Bideau.

«Il se met trop en valeur», dit-il du chef de la section cinéma à l'Office fédéral de la culture (OFC). «J'ai l'impression qu'il ne sert pas suffisamment le cinéma suisse. Son attitude suscite un mécontentement perceptible», explique-t-il à l'ATS, confirmant de récents propos à l'hebdomadaire alémanique Sonntag.

Ivo Kummer souhaite que la section cinéma de l'OFC dialogue davantage avec les représentants de la branche et la Fondation zurichoise pour le cinéma (financée par la ville et le canton). «Nous devons tous tirer à la même corde !»

A la tête des Journées de Soleure depuis vingt ans, il note que la branche et la Confédération ont toujours eu une relation compliquée. «Une polémique constructive est nécessaire pour avancer», estime-t-il.

Ludique et stimulant

Ludique et stimulant, le festival régale chaque année son public avec le meilleur de la production helvétique récente. Près de 300 courts et longs métrages seront projetés du 21 au 27 janvier.

La première suisse de «Max & Co» constituera le grand événement. L'ouvrage sera projeté lundi en présence du président de la Confédération Pascal Couchepin.

Sortie retardée

Ce premier long métrage d'animation helvétique est aussi le film suisse le plus cher de l'histoire: 30 millions de francs. Cette fable destinée aux familles est signée par deux cinéastes romands, les frères Samuel et Frédéric Guillaume. Inventif et poétique, ce film raconte les aventures d'un jeune renard ayant forme humaine.

Le distributeur (Disney) escompte un gros succès et une carrière internationale. Il a retardé la sortie en Suisse jusqu'au 13 février pour la caler sur les vacances scolaires et la sortie en France. Il a aussi refusé à la presse tout entretien avec les réalisateurs jusqu'à fin janvier.

Premières suisses

Plusieurs longs métrages seront dévoilés à Soleure, dont les fictions «Quelques jours avant la nuit» du Genevois Simon Edelstein et «Giorni e nuovole» de Silvio Soldini. Cependant le festival se révèle cette fois davantage une cuvée de documentaires.

«Bird's Nest» suit le travail en Chine des architectes bâlois Jacques Herzog et Pierre de Meuron. Le duo a signé le stade destiné aux Jeux olympiques de Pékin et un quartier de la ville provinciale de Jinhu.

Prostituée androgyne

«Hidden Heart» revient sur la première transplantation cardiaque réalisée en 1967 par Christian Barnard. «Max Frisch, Citoyen» retrace le parcours du grand intellectuel suisse. «Thèbes à l'ombre de la tombe» propose une évocation poétique et musicale de Thèbes, tandis que «Claudette» donne la parole à une prostituée androgyne.

Le festival proposera une rétrospective dédiée à Walo Lüönd, un acteur très populaire outre-Sarine. Diverses animations annexes et des débats sont prévus. La manifestation dispose d'un budget de 2,4 millions de francs et devrait attirer 44 000 spectateurs. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!