Italie: Condamné, Beppe Grillo se compare à Mandela
Actualisé

ItalieCondamné, Beppe Grillo se compare à Mandela

Le chef de file du parti anti-système Mouvement 5 Etoiles (M5S) avait insulté un professeur de sciences, lors d'un meeting en 2011.

Beppe Grillo devra aussi payer 50'000 euros d'amende.

Beppe Grillo devra aussi payer 50'000 euros d'amende.

Beppe Grillo a annoncé lundi avoir été condamné à un an de prison pour diffamation contre un professeur. Il s'est dans le même temps comparé à l'ancien président sud-africain Nelson Mandela.

En Italie, les personnes condamnées à moins de trois ans de prison n'effectuent que très rarement leur peine, mais le fondateur du M5S a évoqué le souvenir du premier président noir d'Afrique du Sud, décédé fin 2013, qui avait passé 27 années dans les prisons de l'apartheid.

«Si (...) Mandela a fini en prison, je peux y aller aussi pour une cause qui, je pense, est juste et qui est soutenue par l'écrasante majorité des Italiens. (...) Soyons courageux!», écrit-il sur son blog. «Peut-être que les gens ont peur que le 5-Etoiles s'approche du gouvernement?», ajoute-t-il.

Beppe Grillo a été en outre condamné à verser 50'000 euros d'amende pour diffamation envers le professeur Franco Battaglia lors d'un meeting politique en 2011. Il avait dit à l'époque qu'il ne paierait pas la redevance télévisuelle et avait encouragé ses partisans à faire de même après une émission de télévision à laquelle participait le professeur Battaglia.

Audace télévisuelle

Le blog de Beppe Grillo montre un extrait de l'émission en question. Le professeur Battaglia y parle de «désinformation» à propos des radiations à Tchernobyl, lieu d'une catastrophe nucléaire en 1986.

«Nous ne pouvons autoriser Battaglia, qui est consultant pour des multinationales, à aller à la télévision et dire nonchalamment que personne n'est mort à Tchernobyl. Je te botterai les fesses et te jetterai hors de la télévision, te dénoncerai et t'enverrai en prison», avait déclaré Grillo lors du meeting politique. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion