Royaume-Uni: Condamné, il épouse son amour d'enfance à 16 ans

Actualisé

Royaume-UniCondamné, il épouse son amour d'enfance à 16 ans

Atteint d'une leucémie, Omar a demandé la main de sa belle quand il a su qu'il n'avait plus que quelques jours à vivre. Il se sont mariés à l'hôpital.

par
joc

Alors qu'il dispute un match de football, Omar Al Shaikh, 16 ans, s'écroule sur le terrain. Emmené à l'hôpital, le jeune homme résidant à Birmingham apprend qu'il souffre d'une leucémie et qu'il n'a que trois mois pour trouver un donneur de cellules souches. Nous sommes alors au mois de mars. «J'étais sous le choc. Je ne voulais pas y croire. Je m'attendais à ce qu'ils me disent qu'il avait une infection», raconte au «Mirror» Mirabela, sa mère.

Le temps passe et Omar ne voit toujours rien venir. Et le jour où une possibilité de greffe se présente enfin, l'adolescent est trop faible pour subir une transplantation. Le 14 juin, après une énième séance de chimiothérapie, les médecins annoncent la terrible nouvelle à Omar: son traitement n'a pas fonctionné et le cancer a atteint sa moelle osseuse. Le malheureux n'a plus que quelques jours à vivre. «Ils avaient les larmes aux yeux quand ils lui ont annoncé cela», confie Jo, dont le fils était le camarade de chambre d'Omar.

«Elle sera toujours ma femme»

Plutôt que de s'effondrer, l'adolescent s'attelle à réaliser son rêve: se marier avec Amie Cresswell, son amoureuse de toujours. «Il a dit qu'il avait besoin d'une bague. Il a dit qu'il voulait que le monde entier le voie l'épouser», raconte Jo. Quelques heures après avoir appris qu'il était condamné, l'ado demande sa belle en mariage. Le 19 juin, avec l'autorisation de leurs parents, Omar et Amie deviennent ainsi mari et femme, entourés de leur famille et de leurs amis.

Les amoureux s'unissent à l'Hôpital Queen Elizabeth, lors d'une cérémonie forte en émotions, relate BBC News. «J'avais cette robe de Cendrillon qui avait servi pour un bal de promo et une amie m'a prêté son bouquet de mariage», raconte la maman du voisin de chambre d'Omar. «Elle sera toujours ma femme», a déclaré l'adolescent, «qui ne pouvait s'arrêter de sourire», selon Jo. Trois jours après leur union, le jeune marié s'est éteint. Il a été enterré lundi dernier.

«Omar souriait toujours. Tout le monde vous dira à quel point il était gentil. Il avait toujours quelque chose de positif à dire», raconte sa mère, qui espère que l'histoire de son fils sensibilisera les gens au manque de donneurs de cellules souches. «Il ne se plaignait pas. Il voulait que les gens continuent d'aider à attirer l'attention sur ce problème, même si lui ne pouvait plus le faire.»

Ton opinion