Actualisé 03.09.2019 à 08:59

Grève du climat en SuisseCondamné, il préfère aller en prison que payer

Un jeune militant qui avait posé ses mains pleines de peinture rouge sur un bâtiment du Crédit Suisse doit payer une amende et des frais de justice. Il conteste.

de
frb
AP

Payer pour sa rédemption ou aller jusqu'au bout de son idée et purger une courte peine de prison? Voilà le dilemme d'un jeune militant de la grève du climat. Condamné à une peine de 50-jours-amende avec sursis et à une amende pour avoir apposé ses mains pleines de peinture rouge sur les murs d'un bâtiment du Crédit Suisse en mars dernier, l'apprenti de 20 ans s'est opposé et défendra sa cause devant un Tribunal, rapporte mardi «24 Heures». «La désobéissance civile, c'est aussi une forme de justice, estime-t-il. S'il le faut, je ferai quelques jours de prison.»

Le recourant rappelle qu'il n'y a eu aucun dommage. La peinture utilisée étant de la gouache, elle part avec la pluie. Son action visait à sensibiliser le public que les investissements du Crédit Suisse soutiennent l'industrie pétrolière. L'étudiant, par ailleurs candidat au Conseil national en tant que Jeune vert, aura l'occasion de le redire le 27 septembre, lors de la prochaine grève internationale du climat.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!