Vaud: Condamné, même s'il a aidé à résoudre l'enquête
Publié

VaudCondamné, même s'il a aidé à résoudre l'enquête

Un homme avait fait le lien entre une disparue et un corps retrouvé quatre mois après. Mais il a commis plusieurs délits.

par
Christian Humbert
La villa de Saint-Légier, où le mari aurait tué son épouse.

La villa de Saint-Légier, où le mari aurait tué son épouse.

chu

Les enquêteurs n'y avaient pas encore pensé, contrairement à Jonas*: ce rentier AI de 40 ans a d'emblée établi un lien entre la disparition d'une femme sur la Riviera, annoncée en décembre 2016, et le cadavre retrouvé par un promeneur le 21 avril 2017 dans un container à eau abandonné près d'un cimetière, aux Monts-de-Corsier.

Dès la diffusion du communiqué de police sur la macabre découverte, il a réagi et est allé voir la police pour faire part de ses déductions. Le problème, c'est que pour se rendre au poste, il a conduit en étant sous l'influence de produits stupéfiants. Même si ses informations ont permis de faire avancer l'enquête, il a ainsi commis un délit. De plus, Jonas, qui ne connaissait pas les protagonistes de ce drame familial (lire encadré), a indiqué avoir vu le container ayant servi à dissimuler le cadavre chez un tiers, qu'il a désigné.

Cette personne, totalement étrangère à l'affaire, n'a guère apprécié ces déclarations et a déposé plainte contre Jonas. Par ailleurs, la police a découvert à son domicile des pistolets, un fusil à canon scié et des munitions.

De précieux indic, Jonas s'est ainsi retrouvé prévenu de calomnie, de conduite en état d'incapacité et d'infractions aux lois sur les armes et sur les stupéfiants. La procureure a cependant tenu compte de son geste citoyen et de ses problèmes psychiatriques. Jonas a été condamné à 30 jours-amende avec sursis et à 300 francs d'amende.

* Prénom d'emprunt

Père et fille répondront d'assassinat

Dans cette affaire, deux personnes sont prévenues d'assassinat: le mari et la fille de la victime. Peu après la découverte du corps, l'homme a avoué avoir tué son épouse, âgée de 70 ans. Il n'a jamais mis en cause sa fille et celle-ci a toujours nié avoir joué un rôle autre que d'avoir participé à la mise en scène pour cacher la mort de sa mère. Incarcérée, elle a ensuite été libérée, sur décision du Tribunal fédéral. Son père, octogénaire, reste pour sa part derrière les barreaux.

Ton opinion