Actualisé 23.12.2016 à 18:19

Bâle-VilleCondamné pour assassinat 16 ans après les faits

Un Sri-Lankais qui avait fui la Suisse pour la Nouvelle-Zélande après avoir tué une jeune femme en 2000 a été rattrapé par la justice.

AFP/Archives/Photo d'illustration

La justice de Bâle-Ville a condamné vendredi un homme de 44 ans à quinze ans de prison pour l'assassinat de son ex-compagne, seize ans après les faits.

Le prévenu de nationalité sri-lankaise avait été arrêté en 2014 en Nouvelle-Zélande, où il avait refait sa vie sous une fausse identité.

L'accusé avait quitté la Suisse quelques heures après le meurtre de la jeune femme, une Tamoule de 23 ans, en décembre 2000. La mère de la victime avait trouvé sa fille morte, la gorge tranchée par un poignard.

Menaces de mort

Pour le Tribunal pénal de Bâle-Ville, il ne fait aucun doute que le prévenu est bel et bien l'auteur de cet assassinat. Jaloux, l'homme avait régulièrement harcelé la jeune femme psychologiquement. Il s'était aussi montré violent et l'avait menacée de mort.

Différentes traces et empreintes digitales ont été retrouvées, de même qu'un poignard avec de l'ADN de la victime dans sa voiture. Les juges ont donc suivi en grande partie le réquisitoire du Ministère public. Le procureur réclamait une peine maximale de 20 ans de prison.

L'avocate de la défense plaidait l'acquittement, le prévenu niant entièrement les faits. Le quadragénaire a même déclaré qu'il n'avait jamais entendu parler des faits reprochés avant son arrestation. Durant son procès, le prévenu a refusé de répondre aux questions du procureur et de la Cour.

Epicier, marié et papa à Auckland

En Nouvelle-Zélande, l'accusé vivait sous une fausse identité et détenait des papiers falsifiés. Ayant entretemps obtenu la nationalité néozélandaise, il dirigeait une épicerie à Auckland. Il s'était marié, devenant même père de famille à deux reprises.

L'homme a été démasqué à la fin 2014 grâce à de nouveaux indices. Les autorités néo-zélandaises l'ont alors arrêté avant de l'extrader en Suisse. Il se trouve en détention préventive depuis août 2015. La défense a indiqué à l'ats qu'elle entendait faire recours. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!