Actualisé 25.05.2018 à 11:42

AllemagneCondamné pour avoir fait des pompes sur un autel

L'artiste Alexander Karle a été sanctionné par la justice allemande pour avoir effectué une série de pompes sur l'autel d'une église de Sarrebruck.

par
cht/nxp

L'artiste allemand Alexander Karle fait couler de l'encre dans son pays. En effet, il défraie la chronique pour avoir fait des pompes sur l'autel de la basilique catholique Saint-Jean de Sarrebruck, dans le nord de l'Allemagne. Ceci dans le cadre d'une performance artistique. L'homme vient d'être sanctionné par le tribunal régional supérieur de la Sarre (OLG), révèle vendredi l'agence Protestinter, relayé par l'agence de presse protestante Protestinfo.ch.

L'homme s'est rendu coupable de «perturbations des activités religieuses». Sa performance représente «un trouble et un acte insultant», selon la présidente de la cour. Pour elle, le geste de l'artiste équivaut à littéralement fouler aux pieds l'autel. Il s'agit d'un manque de respect «flagrant» envers le lieu de culte, même si les visiteurs présents au moment des faits ne s'en soient pas offusqués. Le tribunal doit désormais se prononcer sur la peine infligée à l'artiste.

Alexandrer Karle a estimé que ce jugement était un «scandale». Il a invoqué sa liberté de création et d'expression. Argument rejeté par la justice qui a estimé qu'il aurait pu accomplir sa performance dans une église désacralisée voire une réplique construite pour l'occasion sans que le sens de son acte en soit altéré.

26 pompes en 2016

Alexander Karle s'était filmé en janvier 2016 en train de faire 26 pompes sur l'autel de l'église catholique. Une vidéo a été postée ensuite sur Facebook. L'artiste de 40 ans a affirmé n'avoir pas agi dans le but de provoquer, mais d'inciter à la réflexion. «J'ai fait ce que j'ai fait dans l'amour et la foi en Dieu», a-t-il dit.

Un an plus tard, il avait été condamné en première instance à une amende pour violation de domicile et perturbation des activités religieuses. Un verdict cassé en juillet 2017 en 2e instance par le tribunal régional de Sarrebruck qui avait réduit les charges retenues à une simple violation de domicile. Le parquet général avait alors fait recours contre ce jugement et le tribunal régional supérieur de la Sarre vient de lui donner raison.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!