Orelsan: Condamné pour injures à l'égard des femmes
Actualisé

OrelsanCondamné pour injures à l'égard des femmes

Poursuivi par des associations féministes, le rappeur Orelsan s'est défendu au nom de la liberté de création. Mais la justice l'a condamné à une amende de 1000 euros avec sursis.

par
Ludovic Jaccard
L'artiste français aurait-il un compte à régler avec la gent féminine?

L'artiste français aurait-il un compte à régler avec la gent féminine?

On ne peut pas dire qu'Orelsan sache parler aux femmes. En effet, certains titres du rappeur français de 30 ans sont truffés de paroles déplacées à leur égard. Du coup, l'artiste, de son vrai nom Aurélien Cotentin, a été condamné, vendredi 31 mai, à 1'000 euros d'amende avec sursis par le tribunal correctionnel de Paris.

Attaqué par les Chiennes de garde ainsi que plusieurs autres associations féministes suite à ses propos outranciers sur la gent féminine, tels que «Les meufs c'est des putes!», «mais ferme ta gueule ou tu vas t'faire marie-trintigner», «Si t'es gourmande, je te fais la rondelle à la margarine» ou encore «Je te quitterai dès que je trouverai une chienne avec un meilleur pedigree», le jeune homme a donc été condamné par la justice.

Excuses peu convaincantes

Au sujet des textes de huit de ses morceaux, Orelsan a tenté de se justifier devant le juge le 21 mars dernier. Il a prétexté que tout cela n'était que «de la fiction». «Je ne suis pas en train de faire un discours politique, c'est une chanson, je ne suis pas en train de donner mon avis», avait alors expliqué Orelsan à la barre. Mais ses arguments n'ont pas convaincu. Suite à l'annonce de la condamnation, l'avocat du rappeur a déploré que le tribunal ait «permis d'ouvrir la voie large, grave, à la censure de la création artistique».

En 2009, poursuivi par l'association «Ni putes ni soumises», Orelsan avait été relaxé par le tribunal correctionnel de Paris. A l'époque, les paroles de sa chanson «Sale pute» avaient provoqué un véritable scandale en France.

Suivez toute l'actualité des stars sur les réseaux sociaux avec «20 minutes»:

Ton opinion