Lausanne - Condamnées pour avoir refusé de libérer une avenue
Publié

LausanneCondamnées pour avoir refusé de libérer une avenue

Les peines de trois féministes d’extrême gauche ont été confirmées par le Tribunal de police ce mercredi.

par
Frédéric Nejad Toulami
Deux cents militants environ à vélo avaient participé à une manif non autorisée le 14 juin 2020.

Deux cents militants environ à vélo avaient participé à une manif non autorisée le 14 juin 2020.

Critical Mass

«Qu’est-ce que ce cortège illégal a apporté de plus pour la lutte féministe durant cette journée des droits de la femme, qui accueillait d’ailleurs des manifestations autorisées en ville?» La présidente du Tribunal de police s’est adressée ainsi, hier, aux trois femmes jugées pour avoir bloqué le trafic routier et provoqué des déviations le 14 juin 2020, ainsi que refusé d’obéir aux injonctions moult fois réitérées de la police qui s’était montrée tolérante ce jour-là.

Si la Cour a relevé la résistance pacifique des accusées ce dimanche 14 juin, elle ne les a pas exemptées de peine car elle considère non négligeable leur culpabilité. La juge dit refuser de discréditer le rapport de police et condamne ces militantes à une peine pécuniaire de 20 jours-amende avec un sursis de 2 ans, à 30 fr. par jour pour l’une et 20 fr./j pour les deux autres ainsi qu’une contravention de 300 fr. et le partage des frais de procédure (soit environ 500 fr. chacune).

Ton opinion